(Amritapuri – 24 Août 2016)

Les festivités ont commencé le matin à 7h30 avec une procession spéciale depuis l’étable de l’ashram jusqu’aux marches de l’escalier du temple de Kali où la Go Puja (rituel) a été réalisée en signe de respect pour toutes les vaches. Un grand nombre de résidents de l’ashram, de dévots et de visiteurs ont pris part à la procession et à la puja en chantant des dédiés à Krishna, en tapant des mains et en dansant. Les vaches étaient magnifiquement décorées ainsi que les enfants vivant à Amritapuri  – qui étaient tous habillés comme des petits Krishna et des gopis (dévotes de Krishna).

Dans l’après-midi, après la procession au temple Kuzhithura Sri Krishna  à quelques kilomètres de l’ashram, tout le monde s’est rassemblé devant le temple de Kali de l’ashram, où Amma est arrivée vers 16h30. Elle avait donné le darshan (l’étreinte) de 11h à 15h. En prenant place sur son siège sur les marches du temple, Amma a regardé les enfants jouer à Uriyadi (un jeu où l’on essaie de briser un pot en terre avec un bâton en souvenir des escapades de Krishna pour dérober des pots de beurre). Tout d’abord, les petits enfants ont tenté leur chance, suivis par les plus âgés puis par les étudiants de l’université Amrita. Amma a savouré leur joie en riant souvent et en indiquant les scènes les plus adorables. Alors que le jeu finissait, Amma a chanté deux chants joyeux de Krishna (Radhe Govinda Gopi Gopala et Narayana Narayana jaya Govind hare) pendant un long moment, en faisant des mouvements joyeux des bras, les yeux rivés au ciel.

Après les jeux, Amma a tout de suite rejoint le hall principal pour la session de bhajans (chants dévotionnels) du soir – dont beaucoup étaient dédiés à Krishna. Pendant le dîner, tout le monde était impatient de la suite du programme prévu pour la soirée. Vers 23h30, Amma est revenue sur la scène magnifiquement parée alors que quelqu’un lisait le Srimad Bhagavatam (texte sacré racontant la vie de Krishna) et que se déroulait une puja spécialement dédiée à la naissance de Krishna. La scène était décorée avec de nombreuses statues de Krishna, des lampes à huiles, des guirlandes et des plateaux de fleurs.

Sur le coup de minuit, Amma a entonné des bhajans dédiés à Krishna. Elle a chanté Agatanayi Agatani et deux autres chants en tapant des mains et souriant – créant ainsi une atmosphère vivante et ludique. Amma s’est ensuite exprimée avec notamment une très belle présentation de l’essence de la vie de Krishna, des enseignements et des conseils à mettre en pratique dans nos existences et lors de conflits.

A la fin de son discours, Amma a chanté encore deux bhajans en demandant à toutes les personnes présentes de se lever et de taper joyeusement dans leurs mains sur l’air de Bolo bolo gokula pala. Elle a ensuite convié tout le monde à chanter Lokah Samastha Sukino Bhavantu, la prière pour la paix universelle. Vers 1h30, Amma a commencé à distribuer du payasam sucré (dessert traditionnel indien). Elle a offert une coupe de payasam à chacun. A 2h10, après s’être assurée que tout le monde avait reçu le payasam, elle est retournée dans sa chambre.

Extrait du discours de Krishna Jayanthi : Accomplissez votre travail avec amour dans une attitude d’abandon et de détachement

« Quand nous pensons à Krishna, qu’est-ce qui nous vient d’abord à l’esprit ? Chacun y répondra d’une manière différente car Krishna lui-même ne veut pas être confiné dans des pensées et concepts limités. Mais une chose est claire : tout ce qui se rapporte à Krishna est douceur, attirance et beauté.

Nous parlons souvent des nombreux rôles et facettes de Krishna. Un protecteur hors pair de la justice, un fin stratège politique, un conseiller de la Bhagavad-Gita, un guerrier imbattable… Krishna était tout cela mais il était aussi l’amour incarné, le pourvoyeur d’amour. Non seulement le magnétisme de son amour attirait les gopis et les gopas (vachers et vachères dévoués à Krishna), mais également la création toute entière. La nature elle-même était charmée par les douces notes sortant de sa flûte de bambou.

La vérité suprême est au-delà des pensées et des mots. Toutefois, quand le suprême prend forme humaine pour venir parmi nous, Il accepte les imperfections et limitations inhérentes à l’incarnation. Nous avons alors l’opportunité de toucher de manière tangible le suprême, et de le connaître. Non seulement les paroles de Krishna mais également chacun de ses mouvements, chacune de ses attitudes et humeurs transmettent la sagesse spirituelle dans sa plénitude. Sa seule présence était une expérience spirituelle. Chacune de ses actions illustrait les principes spirituels énoncés dans les écritures védiques.

Il est impossible de décrire la douceur du miel avec des mots mais une goutte de ce nectar nous permet de faire l’expérience de la douceur. De la même façon, en présence d’un avatar, la vérité suprême est révélée et brille. Les doutes se transforment en foi, la foi se transforme en connaissance et la connaissance devient expérience. Les avatars ne s’incarnent pas et ne vivent pas sur terre comme les êtres humains ordinaires. Ils continuent de vivre à jamais dans les cœurs des hommes en tant que manifestation culturelle de la société dans laquelle ils se sont incarnés, et en tant que lumière guidant le monde.

Leur guidance reste une vérité pour toutes les époques, tous les pays et tous les peuples. Les enseignements de Krishna sont tout aussi pertinents aujourd’hui qu’il y a 5000 ans. L’influence de ses enseignements imprègne tous les plans de la culture indienne et la vie quotidienne du peuple indien. Nos arts vibrent de son énergie.

La vie de Krishna est pleine de paradoxes. Éternellement libre, Krishna est pourtant né en prison. Il a fait des espiègleries et des bêtises dignes d’un enfant capricieux et a en même temps accompli de prodigieux exploits surhumains. Il a été couronné roi et est devenu le seigneur de l’univers mais il s’est rendu devant la ferveur de ses dévots. Il fut un grand chef de famille tout en conservant la chasteté d’un moine.

A l’occasion d’un rituel royal conduit par Yudhishthira (un personnage du Mahābhārata) et en présence d’augustes sages et rois, Krishna laissa Yudhishthira lui laver les pieds en tant qu’invité d’honneur. Mais Krishna lui-même a lavé les pieds d’autres invités quelques instants plus tard.

« Faites ce que vous avez à faire avec total engagement, tout en restant détaché », tel était le leitmotiv de Krishna. Comme une personne plongeant un seau dans le puits pour prendre de l’eau. Bien que le seau soit immergé dans l’eau, il est fermement tenu en main. Bien que nous soyons dans le monde, nous ne sommes pas attachés à lui. Un bateau ne coule pas parce qu’il est dans l’eau. Il coule parce que l’eau est dans le bateau. Bien que Krishna ait vécu dans le monde, il n’était jamais attaché par quoi que ce soit.

En tant que conducteur du char d’Arjuna, Krishna enseignait la Gita (un des textes fondateurs de la tradition védique). Il donna à Arjuna la vision de sa forme universelle. Et, juste après, Krishna redevenait conducteur de char, s’occupant des chevaux d’Arjuna. Qui d’autre que le Seigneur pourrait tenir dans le creux de sa main des choses si totalement opposées ?

Une personne travaillant comme officier ne serait pas encline à effectuer le travail d’un garçon de courses. Il protesterait : « Pourquoi un officier comme moi devrait-il effectuer un travail si peu qualifié ? » Krishna devenait un enfant en présence d’enfants. Il devenait un jeune en compagnie de jeunes. Il dansait avec les gopis et devenait leur ami. Quand ses amis avaient faim, Il volait le beurre des maisons des gopis pour les nourrir. En fait, les gopis voulaient que Krishna vole le beurre de leurs maisons ! Dans son jeu divin, il était capable de faire d’une pierre deux coups. Personne ne peut rencontrer un mahatma (une « grande âme ») qui sache jouer autant de rôles que lui.

Le Karma (le destin) et le résultat de l’action – Que faire ?

Au travers de sa propre vie, Krishna a illustré la grandeur de tout type de travail. Aucun autre maître spirituel n’a autant exposé la valeur d’une action que Krishna. « Ô Arjuna, je ne récolterai aucun fruit dans les trois mondes et pourtant je suis toujours engagé dans l’action. Agis au moins pour le bienfait de l’humanité. Effectue tes actions sans désirer un résultat quelconque ».

Certains demandent si cela signifie que nous devrions travailler sans attendre une quelconque rémunération. Non, ce n’est pas ça. Quand nous plantons une graine, elle peut germer ou non. Nous devons planter les graines au bon moment. Nous devons creuser des puits et nous assurer que les récoltes sont suffisamment arrosées. Sans cela, s’il vient une inondation, toute la récolte est perdue. Beaucoup de personnes se suicident quand leurs actions n’engendrent pas le résultat escompté. Mais si nous sommes préparés à faire face aux deux résultats – échec et succès – nous ne tomberons pas dans cet extrême. Les conseils de Krishna sont très pertinents. Il n’y a aucune raison de se perdre dans le chagrin. Nous avons seulement le droit de poursuivre notre effort. Les résultats ne sont pas sous notre contrôle. De fait, nous devrions accepter tout ce qui vient à nous comme fruit de nos actions. Le conseil de Krishna était de vivre dans le monde tout en comprenant sa nature intrinsèque. Ainsi, nous développons la capacité à voir les choses avec distance.

Habituellement, les gens travaillent pour réaliser leurs désirs égoïstes. Lorsque nous agissons, même pendant un court laps de temps, sans rien attendre en retour, nous purifions notre mental. Il est difficile de vivre de manière altruiste car nos désirs nous rendent égoïstes. Amma ne dit pas qu’il n’est pas bon d’avoir des désirs. Comme beaucoup d’entre nous manquons de compréhension spirituelle, il nous est impossible de vivre sans désirs. Nous désirons de la nourriture quand nous avons faim ; il n’y a rien de mal à cela. Nous désirons de l’argent pour vivre ; cela est juste. C’est seulement quand nos désirs deviennent trop nombreux et que nous commençons à exploiter les autres afin de les satisfaire qu’ils deviennent un problème.

Si nous intégrons l’attitude : « Je suis un instrument dans les mains de Dieu »,le poids du karma tout entier va nous quitter. Un crayon ne peut écrire du courrier que s’il est tenu dans la main. Il n’écrit pas de lui-même. Idem pour un pinceau. Il ne peint pas de lui-même. Quelqu’un doit le tenir pour qu’il peigne. Nous devons ressembler à un stylo ou à un pinceau dans les mains de Dieu.

Krishna a toujours été représenté portant une plume de paon sur la tête. Quelle en est la signification ? Cela veut dire que Krishna a porté le poids des responsabilités et des actions du monde comme si elles étaient aussi légères qu’une plume.

Krishna a enseigné à Arjuna que derrière chaque action il y a le pouvoir de Dieu. Lorsque nous renonçons à croire que nous sommes celui qui agit et que nous nous abandonnons pour devenir un instrument dans les mains de Dieu, ce pouvoir divin s’écoulera en nous. Si nous devenons une conduite d’eau rattachée au réservoir, alors l’eau du réservoir pourra être utilisée pour le bienfait de tous. En devenant un zéro, nous nous transformons en véritable héros. Tout ce que nous voudrons deviendra alors possible et nous serons libérés de l’anxiété et de la peur. Krishna a appelé cette capacité la dextérité dans l’action. C’est enseignement est l’un des plus importants que Krishna aie donné au monde.

Il y a des similitudes et des différences entre la terre et Krishna. L’attraction de la terre attire tout un chacun, tout comme Krishna. Toutefois, alors que la terre attire vers le bas, Krishna attire chacun de nous vers les cieux. « Accomplissez vos actes avec tout votre cœur dans une attitude d’abandon et de détachement. Soyez joyeux, souriant et enthousiaste dans la vie comme un enfant ». Voilà le message de Krishna.

La naissance de Krishna

En réalité, le bébé Krishna devrait prendre naissance dans nos cœurs. Cela n’est pas suffisant d’avoir foi dans le médecin et les médicaments qu’il prescrit. Nous avons également besoin de suivre le régime qu’il nous recommande. Alors seulement nous recouvrons la santé. De la même façon, pour transcender les maladies de la naissance et de la mort, nous devons appliquer dans notre vie ce qu’il convient de faire et ce qu’il faut éviter de faire. A ce moment-là, l’amour divin prendra naissance dans notre cœur. Que la lumière de la présence divine grandisse dans nos cœurs, éliminant toute noirceur intérieure ! Que cette lumière irradie sur toute la création ! Que la grâce divine vous bénisse! »

 Decouvrez Krishna Jayanthi en photos