Sans perdre de temps, tâcher de faire tout le bien possible

(11 et 12 mars, Kannur, Kérala – tour de l’Inde 2019)

Après plusieurs semaines passées dans les États du Karnataka, de l’Andra Pradesh et du Maharashtra, Amma est finalement rentrée au Kérala où elle a tenu son premier programme dans le nord de l’État à Kannur, avec deux jours de festival Brahmasthanam.

Après l’atmosphère urbaine des grandes villes comme Bombay ou Bangalore, de retour au Kérala, les programmes empreints d’une touche plus rurale se sont déroulés dans une ambiance villageoise. L’ashram de Kannur est situé à l’écart, loin de la route principale, dans une petite allée. Chaque jour, pour venir sur l’estrade, Amma descendait une longue rampe d’accès en se faufilant entre les rameaux de jacquiers, de manguiers et d’anacardiers.

Amma a été accueillie à Kannur par le célèbre écrivain T. Padmanabhan, qui a aidé à distribuer de jeunes arbres aux membres locaux d’AYUDH (jeunes inspirés par Amma) à l’origine d’un projet de bosquets sacrés et de plantation d’arbres médicinaux dans les temples. Distribution de saris aussi à des femmes des groupes d’entraide autogérés.

Pendant les deux jours de programmes, Amma a donné des enseignements, chanté des chants dévotionnels et guidé des méditations collectives. Prenant la parole à cette occasion, elle a déclaré : « Dans l’infini du temps, chacune de nos vies ressemble à une bulle minuscule. Elle peut disparaître à tout moment. Notre prochain souffle peut être le dernier. Même l’instant d’après ne nous appartient pas. Apprenons à vivre dans l’instant présent, pour arriver à être heureux quoi qu’il arrive. Tâchons de vivre dans l’instant présent en ayant conscience de chaque pensée, chaque parole et chaque action. Sans perdre de temps en d’insignifiants conflits interpersonnels, tâchons de faire le plus de bien possible. Dans la vie, les choses se déroulent rarement comme nous le prévoyons. Lorsque nos plans vont à la dérive, le seul moyen de rester en paix et d’avancer c’est de s’en remettre à la volonté divine. »

Pendant le darshan (bénédiction sous forme d’étreinte), des enfants de l’école locale Amrita (inspirée par Amma) ont présenté différentes chorégraphies et pièces de théâtre préparées de toute évidence avec beaucoup d’application.

À la fin du darshan, Amma a rendu hommage aux volontaires locaux qui enseignent le sanskrit aux enfants de la région, tout en leur inculquant des valeurs spirituelles et culturelles.

Après la dernière étreinte, Amma et l’équipe du tour ont continué leur route vers le sud, direction Palakkad, leur prochaine étape.