(12 septembre, Amritapuri, Inde)

Vivre avec Krishna : célébrations pour Janmashtami (anniversaire de naissance de Krishna, l’Avatar de Vishnou)

Les festivités de la journée ont commencé avec la Puja Go, le rituel traditionnel d’adoration des vaches. Cette cérémonie a lieu ce jour-là car Krishna était vacher dans sa jeunesse. Menant une procession, les vaches de l’ashram se sont rendues devant le temple où la puja a eu lieu.

Dans l’après-midi a eu lieu la Shobayatra : une belle procession très animée dont nombre de participants venus du monde entier étaient déguisés en Krishna, Radha ou en gopis (vachères) et gopas (vachers).

Quand la procession revint à l’ashram, tout le monde se retrouva autour des jeux où les enfants tentent de casser un pot de terre suspendu en l’air et habilement soulevé pour être mis à peine hors de portée, jusqu’à ce qu’un enfant particulièrement agile parvienne à le casser. Tout comme Krishna dans sa jeunesse, on y joue chaque année à Amritapuri, pour la joie et le grand plaisir de tous.

Amma est venue assister aux festivités et regarder les jeux, assise au milieu d’une foule de petits Krishnas et Radhas, dont certains vraiment très jeunes assis sur ses genoux. Pendant les jeux, on a entendu un enregistrement du Swami Avadhutendra chantant Hare Rama, Hare Krishna. À la clôture des jeux, Amma a chanté « Radhe Govinda, Gopi Gopala » ; « Chitta chorana Krishna » et « Krishna Krishna Radhe Krishna » (chants dévotionnels dédiés à Krishna). Tout le monde chantait et se balançait au rythme des bhajans (chants dévotionnels) cadencés.

Plus tard dans la soirée, Amma a chanté de nombreux bhajans consacrés à Krishna. Puis, après la traditionnelle lecture du Srimad Bhagavatam (livre sacré retraçant la vie de Krishna), lorsque l’horloge sonna minuit, on commémora la naissance de Krishna au son de l’arati (rituel du feu) et des coups retentissants des gongs et des tambours.

Amma a chanté « Agatanay agatanay Vishnu devan », un bhajan annonçant la naissance de Krishna, puis donné son enseignement pour l’anniversaire de Krishna : « Chacun de nous est effectivement né dans l’obscurité d’une prison, la prison de l’ignorance et des liens karmiques (résultant de nos actions passées). Nous naissons en pleurant, nous pleurons toute notre vie et nous mourrons en pleurant. Mais Krishna est né avec le sourire, il a vécu avec le sourire et il a gardé le sourire même au moment d’abandonner son enveloppe corporelle. Ce qui a permis à Krishna de se comporter ainsi, c’est de toujours voir le vrai visage immuable de l’Éternité sous le masque constamment changeant de l’impermanence. Ainsi, quand nous serons capables de réaliser le Krishna qui est en nous, c’est à dire notre véritable nature, nous aussi nous serons capables de regarder la mort en face et de lui faire un pied de nez en riant. (lire la suite)

Après son message, Amma a chanté « Madhava gopala mana mohana gopala » et dansé avec les dévots. Enfin, Amma a récité avec tout le monde une prière pour la paix dans le monde avant de distribuer le prasad (nourriture consacrée).

En allant se coucher, tout le monde avait la tête remplie de Krishna et le cœur plein de gratitude pour la grâce de vivre en présence d’Amma, de baigner dans l’amour à chaque instant.

Réalisez le « Krishna qui est en vous » et faites un pied de nez à la mort

Message d’Amma pour Krishna Jayanthi, l’anniversaire de Krishna :

 » À chaque fois que le dharma (obéissance aux lois universelles) décline et que ce qui est contraire au dharma domine sur terre, Dieu s’incarne pour maintenir les valeurs dharmiques, c’est la croyance de notre culture. Pour encourager le monde, la conscience infinie de Dieu s’incarne grâce à sa propre Maya (l’illusion). De même que toute l’eau d’un réservoir est canalisée par un tuyau, les bénédictions divines se répandent dans le monde à travers une incarnation divine.

Il est dit dans la Srimad Bhagavatam (texte sacré hindou qui raconte l’histoire de Krishna) que « Krishna était le Seigneur lui-même ». Tel un nuage sombre chargé de pluie, Krishna au teint foncé a répandu la vérité, le dharma et la beauté sur le monde. Et il a continué de faire ainsi jusqu’à encore aujourd’hui. Krishna est semblable à un vaste océan. Sur le rivage infini de cet océan, nous creusons de petites mares et de petits lacs que nous prenons à chaque fois pour Krishna.

Pour une personne ordinaire, la vie est un mélange de bonheur et de tristesse. Mais pour Krishna, la vie n’avait pas d’autre sens que la béatitude suprême, une béatitude indépendante des circonstances. Krishna avait réalisé Dieu et célébrait chaque situation en demeurant de façon égale constamment établi dans la béatitude. Ainsi, pour connaître Dieu, nous devons faire l’expérience de la béatitude. Faute de quoi, il est impossible de connaître Krishna ou de véritablement comprendre le sens de ses actions.

Krishna est né par une nuit sombre à minuit entre les murs d’une prison. Pourtant, ce fut comme si la pleine lune s’était levée. La vie de Krishna fut resplendissante de la fraîcheur du clair de lune et de l’éclat d’un million de soleils.

En réalité, chacun de nous est né dans l’obscurité d’une prison, la prison de l’ignorance et des liens résultant de nos actions passées. Nous naissons en pleurant, nous pleurons toute notre vie et nous mourrons en pleurant. Par contre, Krishna est né avec le sourire, il a vécu avec le sourire et il a gardé le sourire même au moment d’abandonner son enveloppe corporelle. Krishna était capable d’agir ainsi, parce qu’il voyait constamment le visage véritable et immuable de l’éternité sous le masque toujours changeant de l’impermanence. Ainsi, quand nous serons capables de réaliser le Krishna qui est en nous, c’est à dire notre véritable nature, nous serons de même capables de regarder la mort en face et de lui faire un pied de nez en riant.

Lorsqu’une ampoule grille, cela ne signifie pas qu’il n’y a plus d’électricité. Le vrai Soi est éternel et ne pourra jamais être anéanti. Seules les formes qu’il revêt peuvent changer. Il y a de l’or dans les objets en or, et des objets en or dans de l’or. Il y a le sans-forme dans la forme et la forme dans le sans-forme. La conscience pure est éternelle et ne change jamais. Les formes vont et viennent, mais la conscience demeure toujours la même.

Tout ce qui a pris naissance mourra. Ce corps, composé des cinq éléments, doit se soumettre à sa nature un jour ou l’autre. Cependant, pour ceux qui ont pris conscience que le véritable Soi est éternel, la venue de la mort n’est pas différente du passage d’une pièce à l’autre. De tels individus ont le cœur léger en pensant à la mort. C’est pourquoi il est dit que la vie de Krishna a été un grand éclat de rire.

La vie de Krishna en témoigne. Même en entendant Gandhari vouer tout son clan à la perte, Krishna sourit. Le Krishna que nous voyons dans la Bhagavad-Gita a toujours le sourire aux lèvres. La spiritualité nous enseigne à faire face au succès et à l’échec, et en fait à chaque situation, avec équanimité. Cela nous aide à climatiser notre royaume intérieur. Il ne suffit pas d’installer de l’air conditionné dans notre environnement extérieur. Des personnes peuvent vivre dans des pièces climatisées sans pour autant arriver à se passer de somnifères pour s’endormir. Certains même se suicident dans ce genre de chambres. Les textes sacrés comme la Bhagavad-Gita nous enseignent à climatiser le mental. Nous devenons capables de nous adapter à toutes les situations. En voiture, il se peut que la route soit bonne ; mais il se peut aussi que certains tronçons soient remplis de nids de poule, de bosses ou de virages en épingle à cheveux. Il se peut aussi que nous ayons à monter ou descendre des côtes abruptes. Lorsque cela arrive, il nous faut changer de vitesse en fonction de la situation. De même, lorsque nous sommes confrontés aux différentes situations de la vie, nous devons être capables de changer patiemment la vitesse nommée mental. Ceci est l’un des enseignements de Krishna.

Krishna est une montagne de contradictions. Le même Krishna qui pouvait d’un sourire apaiser le cœur des dévots, pouvait aussi vaincre l’adharma avec la splendeur implacable de son disque. Le même Krishna qui jouait de douces mélodies à la flûte, pouvait également souffler impitoyablement dans sa conque pour protéger le dharma. Entièrement calme et fermement établi dans le véritable Soi, Krishna n’en menait pas moins une vie intensément active envers le monde. La vie de Krishna reflète la majesté du vaste océan associée à la beauté rustique d’un ruisseau dans un village.

Krishna nous a montré comment faire face aux problèmes avec discernement au lieu de les fuir. Cependant, nous devons agir avec un sentiment d’abandon et non un sentiment d’ego. C’est ce qui nous délivre de l’attachement et du poids de l’action. La vie même de Krishna fait autorité sur plusieurs vérités exposées dans la Bhagavad-Gita, telles que  » le Yoga c’est la compétence en action  » et   »l’équanimité est yoga ». En fait, la Bhagavad-Gita peut en vérité être considérée comme un commentaire de la vie de Krishna. De la même manière, nous pouvons dire que la vie de Krishna est un commentaire de la Bhagavad-Gita.

Krishna, ce soleil d’amour, brille à tout jamais. Si nous choisissons de fermer nos portes et nos fenêtres et de demeurer à l’intérieur, comment pourrons-nous jamais faire l’expérience de la lumière de cet amour ? Ouvrons les portes fermées de notre ego et sortons. C’est alors que nous pourrons ressentir la douceur et la fraîcheur de l’amour de Krishna. Puissiez-vous avoir la force d’abandonner le mental, avec son égoïsme et ses négativités, aux pieds de Krishna qui nous libérera de la prison de l’ignorance que nous avons nous-même créée. »

Découvrez toutes les photos des célébrations