Le 4 septembre 2014,  Balagokulam, une association qui promeut la culture hindoue depuis les années 1970, a décerné aujourd’hui à Amma son 18ème prix annuel, le « Krishna Janmashtami ». Ce prix a été remis par Shripad Yesso Naik, Ministre de la culture et du tourisme, lors d’une réception organisée à l’ashram d’Amritapuri.

S’adressant à l’assemblée, M. Naik a déclaré : « C’est un grand honneur et un privilège pour moi de remettre aujourd’hui à Amma le prix « Janmashtami Puraskar ». Toutefois, Amma se situe bien au-delà des honneurs [puraskaram] et de toute récompense. Conscients de notre privilège, nous lui adressons notre immense gratitude d’avoir accepté, en toute humilité, de recevoir ce prix, uniquement pour nous être agréable. » M. Naik a déclaré que le prix était décerné à Amma pour son « infatigable défense du patrimoine culturel et spirituel de notre pays, grâce à sa lumineuse présence et son service désintéressé [seva] ».

Il a ensuite remis le prix à Amma.

Dans son discours, Amma a souligné qu’il était primordial que l’Inde transmette sa culture spirituelle à ses enfants. « La vérité et la compassion envers tous les êtres, les deux piliers de l’existence humaine sont les maîtres mots de la culture spirituelle indienne [Bharata samskara]. Cette culture est notre mère. Si nous nous en imprégnons et en sommes fiers, cela nous mènera loin. Au contraire, si nous nous en éloignons, notre société ressemblera à un cerf-volant dont le fil s’est rompu. »

La dévotion n’est pas une croyance aveugle, c’est une foi qui chasse l’aveuglement

Amma a également souligné combien il est important que les festivals culturels, comme par exemple l’anniversaire de Sri Krishna, soient célébrés de manière à éveiller la compréhension spirituelle, les valeurs et le dévouement des jeunes. « La dévotion n’est pas une foi aveugle, mais une foi qui élimine l’aveuglement en dissipant les ténèbres de l’esprit », a déclaré Amma. « Là où il y a l’amour, il y a la lumière. Ce sont nos négativités qui nous obscurcissent l’esprit et voilent la véritable nature de Dieu résidant véritablement en nous. Seule la pure lumière de l’amour pour Dieu peut lever ce voile.

La Gita est l’essence des Védas

Amma a ensuite fait l’éloge de la Bhagavad-Gita, l’un des joyaux les plus précieux de l’Inde, et a dit que si nous voulions vraiment faire renaître la culture spirituelle, nous devrions essayer de mettre ses enseignements à la portée de tous. « La Gita est l’essence des Védas, a poursuivi Amma. Elle révèle à tous la voie qui leur permettra de s’élever, sans distinction de milieu social ni de profession. De même que l’empreinte de tous les animaux tiendrait dans celle d’un éléphant, l’essence de toutes les Écritures est contenue dans la Gita. La meilleure façon de participer à la croissance spirituelle de notre culture est de diffuser le message du seigneur Krishna dans le cœur des gens pour y faire jaillir l’étincelle de la dévotion. »

prix

« Est-ce que Dieu existe ? » n’est pas une question pertinente

Amma a également souligné que les gens devraient se concentrer sur les bienfaits pratiques de la spiritualité au lieu de se lancer dans des débats inutiles. « Est-ce que Dieu existe ? » n’est pas une question pertinente. Mieux vaut se demander : « Est-ce que les êtres humains souffrent ? » La dévotion est la connaissance pratique qui élimine la souffrance. La dévotion nous aide non seulement à soulager notre cœur, mais aussi à devenir plus conscients du dharma et plus compatissants envers ceux qui souffrent. La dévotion pour Dieu et la compassion pour le monde sont les deux faces d’une même pièce. »

Amma a également fait quelques suggestions pratiques. Elle a demandé aux mères de prier avec leurs enfants au coucher du soleil. « Amma voudrait demander aux mères de famille de passer tous les soirs, entre 10 minutes et une demi-heure, à prier et à chanter des bhajans avec leurs enfants. Cela donnera aux enfants la détente et la concentration dont ils ont besoin. Souvenez-vous que la mère est le premier gourou d’un enfant ; personne d’autre ne peut lui donner ce que lui donne sa mère. Certaines diront qu’elles n’ont pas le temps. Mais quand un enfant tombe malade et doit être hospitalisé, une mère ne passera-t-elle pas des jours, voire des mois, aux côtés de son enfant ? Il est important que nous retrouvions la culture de la prière du soir. »

À la fin de son discours, Amma a dit qu’elle acceptait le prix au nom de tous ses fidèles. « Une mère n’attend jamais de prix en récompense de ce qu’elle fait pour ses enfants. Amma accepte ce prix pour le bonheur de ses enfants, au nom de tous ses enfants. Puissent les efforts de Balagokulam aider à transformer chaque cœur en un gokulam dans lequel l’enfant Krishna résidera joyeusement pour toujours. »

Découvrez l’événement en photos