Célébrer la diversité – 15ème Sommet européen pour la jeunesse d’AYUDH

 

(12-21 juillet 2019, Centre Amma, Allemagne)

300 jeunes venus de toute l’Europe ont participé au 15ème sommet européen pour la jeunesse d’AYUDH : « Célébrer la Diversité ». Un programme inspirant, drôle et rempli de sagesse, qui comprenait des discussions avec des intervenants invités, des ateliers à but éducatif, des laboratoires de compétences menés par des jeunes, des groupes de partage, des événements sportifs et une  »bibliothèque humaine ». Plusieurs sous-thèmes ont été explorés au cours de la semaine parmi lesquels : la diversité en nous-mêmes, la diversité culturelle, la diversité entre communautés et individus, la biodiversité, et la diversité des émotions.

Swami Amritaswarupananda, a prononcé le discours d’ouverture du sommet. Avec un accent mis sur la spiritualité, Swami a parlé de la diversité des émotions et s’est prêté au jeu des questions-réponses avec les participants. « Toutes les émotions, bonnes ou mauvaises, sont des outils ou des compétences qui peuvent être utilisés pour nous élever. Elles sont comme les marches d’une échelle. Si vous les utilisez à bon escient, vous pouvez, marche après marche, accroitre votre niveau de bonheur. »

Swami a remis le prix AYUDH de l’année au groupe AYUDH italien qui est celui qui a eu la plus forte augmentation d’activités par rapport à l’année précédente. Leurs activités incluent un programme d’aide sociale en faveur des communautés défavorisées de Rome, des activités pour l’environnement et de défense des droits de l’homme.

Br. Shubamrita Chaitanya a reçu une standing ovation pour son discours inspirant et ses réponses aux questions sur la diversité interculturelle dans lesquelles il a parlé longuement du rôle de la spiritualité dans le rapprochement des cultures. « Les différences en elles-mêmes ne nous divisent pas. C’est l’incapacité à comprendre, accepter et célébrer ces différences qui crée des divisions. »

Br. Shubamrita Chaitanya et Bri. Dipamrita Chaitanya ont animé ensemble une belle prière pour la paix et une méditation au bord du lac un soir après le coucher du soleil. Entourés des lampes chatoyantes fabriquées par les participants, tous ont chanté Om Lokah samastah sukhino bhavantu (que tous les être du monde soient heureux et en paix). Après un certain temps, le silence s’est installé et chacun a glissé paisiblement dans la méditation pendant une demi-heure, avec comme seul bruit le bruissement de l’eau s’écoulant doucement.

Une séance interactive sur diversité et insertion, a été animée par une experte en ce domaine, Jana Tikalová (République Tchèque). Plus tard, le responsable d’AYUDH Europe, Andreas Hirsch, et la responsable des projets, Dhanya Daalmans, ont dirigé 300 jeunes dans un exercice « Des pas pour la diversité » dans lequel les participants devaient s’imaginer eux-mêmes vivant la vie de quelqu’un d’autre.

En explorant le thème de la diversité en nous-mêmes, l’ancienne championne du monde de kickboxing et de boxe, Lucia Rijker a parlé ouvertement de ses expériences de vie et a encouragé chacun à remettre en question ses propres perceptions de soi-même. « Si nous regardons à travers le prisme de la comparaison, c’est assez effrayant. Au lieu de vous comparer à quelqu’un d’autre, aspirez à développer une qualité que vous admirez chez cette personne. Cela peut nous inciter à grandir, mais nous ne pouvons jamais être eux ou les connaître totalement. Alors, nous ne devrions jamais être envieux ou vouloir être eux ».

Le chercheur scientifique français, Mathieu Labonne, a parlé du changement climatique et de la biodiversité. Il a animé un débat interactif « bocal à poissons» avec des participants. Dans ce genre de débat, les intervenants sont assis en cercle en laissant en permanence une chaise vide. Si quelqu’un dans le public souhaite se joindre à la discussion, il peut s’asseoir sur la chaise vide, mais dans ce cas un de ceux qui étaient déjà assis doit libérer son siège pour faire en sorte qu’il reste toujours une chaise vide pour que à nouveau quelqu’un d’autre puisse rejoindre la conversation.

La diversité dans les communautés et dans les populations est un thème qui a aussi été abordé par Meg Jones, qui a travaillé pendant 12 ans auprès des Nations Unies dans les domaines des Droits de l’homme, du commerce, de responsabilisation économique et des objectifs de développement durable. Elle a parlé de la façon dont les individus peuvent faire la différence à l’échelle mondiale par le plaidoyer au niveau local et national et de la manière dont les Traités des Nations Unies pouvaient être utilisés pour impacter les législateurs et donner accès à des ressources disponibles. Elle a aussi donné des conseils pratiques sur la façon dont AYUDH Europe pourrait influencer l’élaboration des lois.

Le point culminant d’un mois de coopération entre AYUDH Europe et l’UNESCO MGIEP a eu lieu le 19 juillet sous la forme d’un événement officiel iTAGe (discussion intergénérationelle sur l’éducation) au cours duquel le rôle de l’éducation en matière de diversité et d’intégration a été débattu.

Au cours de la semaine, les participants ont eu l’opportunité de participer à deux laboratoires de compétences, certains d’entre eux menés par des jeunes. Parmi la grande variété de choix offerts, il y avait notamment : écriture de CV, mode durable, art du rangement, communication non-violente, méditation IAM 20, et collecte de fonds. Il y avait de nouvelles options d’ateliers incluant : amour de la cuisine, ultimate frisbee, le leadership des jeunes, l’art de vivre de manière écologique, et le design graphique. Certains des ateliers les plus populaires ont été reprogrammés en raison de la forte demande, acroyoga, art, danser comme vous êtes, Tai chi et le pouvoir guérisseur de la voix.

Un temps particulièrement fort de la semaine s’est déroulé sous la forme d’une bibliothèque humaine. Ici les participants étaient mis au défi de ne pas porter de jugement sur l’autre en les aidant à comprendre et à interagir avec des « livres humains » qui racontaient leurs histoires personnelles dans un espace sécurisé. Nos 20 livres humains ont été choisis sur la base du volontariat parmi les participants eux-mêmes. Chaque livre a partagé un aspect vulnérable de lui-même dans un petit groupe de participants, bouleversant ainsi les idées préconçues et les préjugés de ses « lecteurs ».

Lors de la dernière soirée du sommet, plusieurs participants ont joué lors du spectacle des talents d’AYUDH. Les différents spectacles comprenaient de la danse folklorique italienne, de la salsa, des acrobaties, de l’acroyoga, des chants kirtans, de la musique folk allemande, et beaucoup d’autres chants. Comme le veut la tradition, la dernière soirée du sommet s’est achevée par une énergique et entraînante session de bhajans (chants dévotionnels).

Le 15ème sommet européen AYDUH pour la jeunesse a été une semaine remplie d’activités d’apprentissage, d’introspection, d’apprentissage informel et d’amusement. Les conférences inspirantes et les ateliers ont permis aux participants de développer leurs talents et leurs capacités en vue d’encourager et de développer leur contribution dans la société et la protection de l’environnement. En quittant la paisible campagne allemande pour retourner dans leurs vies au rythme effréné, les jeunes se raccrochaient fermement à la compréhension que c’est seulement en intégrant nos différences que nous pouvons créer le monde dans lequel nous voulons vivre. Ils sont rentrés chez eux avec cette conviction : « Ensemble nous sommes forts, ensemble nous sommes unis, ensemble nous sommes AYUDH ».

Toutes les photos du sommet AYUDH