Voici un article écrit par plusieurs bénévoles ayant participé à la venue de  »Swamiji » au Centre Amma du Plessis.

« Samedi 18 Juillet 2015, Swami Amritaswarupananda quittait la retraite de Toronto, à la fin du tour d’Amma aux Etats-Unis, avant même qu’elle ne commence. Sur place, les spéculations allaient bon train sur les raisons de ce départ anticipé qui était sans précédents depuis qu’Amma vient aux Etats-Unis. Comment faire une retraite sans Swamiji ? Qui allait prendre en charge le satsang du matin, traduire les questions des visiteurs pour Amma ? Qui allait chanter les bhajans lors du Devi Bhava ? Après sept semaines de tour, onze villes, des dizaines de milliers de personnes et des milliers de kilomètres, il embarquait un vol direct pour Paris, pour son troisième voyage en Europe sans accompagner Amma.

La première fois, c’était pour se rendre au Festival de Cannes, monter les marches et le tapis rouge et présenter le Film Darshan en sélection officielle hors competition. La seconde c’était l’an dernier, pour se rendre au Parlement Européen à Strabourg avec 300 jeunes Ayudh, et rencontrer Martine Reicherts, alors Commissaire Européenne à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté. Et Cette fois-ci , Swamiji venait représenter Amma au Sommet des Consciences pour le Climat, une initiative de Nicolas Hulot soutenue par François Hollande, Président de la République Française.

Alin et Erna avaient fait le déplacement depuis la Belgique pour accueillir Swamiji à l’aéroport Charles-de-Gaulle, tôt ce dimanche 19 Juillet, avec deux croissants et un café en guise de bienvenue en France.

Sitôt arrivée, sitôt partie, et la petite caravane, avec Devapriyan ayant également quitté Toronto pour l’occasion, se met en route pour la Ferme du Plessis, où 300 personnes s’étaient rassemblées la veille pour une journée conférences avec Pierre Rabhi coordonnée par Divyanand (https://www.etw-france.org/la-video-de-pierre-rabhi-au-centre-amma/). Certains sont restés, certains sont partis et d’autres arrivent tout au long de la matinée pour cette visite exceptionnelle de Swamiji. L’équipe accueil a fort à faire…Et imaginez l’équipe cuisine !

L’ashram se remplit, Br. Shubamrita, Heike, Dieter et Hari Prasad arrivent d’Allemagne où se termine la semaine Ayudh.

L’arrivée de Swamiji (nous sommes prévenus par Erna lorsqu’ils passent Courville) a un goût prononcé de programme d’Amma. Les personnes présentes sont rassemblées prêts de l’entrée, avec bhajans et un accueil à l’indienne. Swamiji échange avec tous, et exprime sa joie de se retrouver là. Il n’a pas dormi depuis la veille, mais peu importe : il tiendra quelques heures plus tard un programme complet pour l’occasion. Brahmacharini Dipamrita Chaitanya, directrice de l’ashram du Plessis, et toute l’équipe se sont mobilisés depuis des semaines pour honorer le premier programme de Swamiji à l’ashram français. L’équipe photo-video est aussi là.

Amrita Hall est plein à craquer lorsque Swamiji commence son satsang (enseignement) en milieu d’après-midi, traduit par Bri. Dipamrita.

« Tout dépend de la source. Et la source n’est autre que vous. Quand une personne vous critique, se met en colère, elle ne fait que ‘lancer un seau’ qui récolte ce qui est dans votre mental. Le seau lui reviendra avec ce avec quoi vous l’avez rempli, ce qui est en vous. Si c’est la colère, le seau repartira avec cette émotion, et si vous êtes plein d’amour et de compassion, c’est ce qui lui reviendra.

La vie n’est pas un problème. Elle n’est pas une menace. Elle est très simple. Alors qu’est-ce qui la rend compliquée ? Nos perceptions erronées, nos conceptions fausses, ce que l’on appelle ‘maya’ (illusions), c’est cela qui complique.

Tout dépend de là où vous placez l’emphase : sur ce qui est vu, l’objet, ou bien sur celui qui voit, le Soi. Les Écritures de l’Inde donnent toujours l’importance au spectateur, au témoin. »

Swamiji partage également quelques-unes de ses expériences avec Amma. Par exemple, il avait dans les débuts, tendance à juger les uns et les autres. Un jour Amma passa près de lui et lui dit : «  Fils, souviens-toi que cela ne réclame aucun talent ou vertu particuliers de juger et de critiquer les gens. Mais cela demande un bon degré de contrôle de soi et de force de caractère, pour comprendre, et être bienveillant avec les gens. » Swamiji expliqua que « ce fut comme si les mots d’Amma avaient lâché une bombe dans mon mental ».

La fin du satsang de Swamiji est très inspirante pour nous rappeler notre chance.

« Être en présence d’Amma, être son disciple, être guidé et discipliné par elle est la plus belle et la plus rare des bénédictions qui puisse jamais arriver dans votre vie. »

Les bhajans qui suivent sont mémorables. L’équipe sono et les musiciens ont fait une préparation pleine de ‘shraddha’ (soin, précision, avec amour). Les paroles des chants sont projetées sur grand écran. Dans une atmosphère extraordinaire de dévotion, avec la présence de Shubamrita aussi pour les réponses, Swamiji a chanté pendant plus de 2 heures en terminant avec un Mata Rani explosant de joie, suivi du plus bel arati chanté au Centre Amma, dans le recueillement et tout l’amour pour notre bien-aimée Amma.

Pour finir Swamiji distribue le Prasad (offrande) à chacun.

Swamiji remerciera « du cœur et de l’enthousiasme que les personnes présentes ont mis dans leurs chants. »

Il dîne ensuite avec les responsables d’Amma Europe, venus de Belgique et d’Allemagne pour l’occasion, ainsi qu’avec des représentants de l’ambassade de l’Inde. Il repart le soir même pour Paris, avec Br. Shubamrita et Bri. Dipamrita. La réunion préparatoire du « Sommet des Consciences » a lieu le lendemain avec Nicolas Hulot.

Tout le monde s’est rassemblé pour le départ.

Swamiji remercie toutes les personnes présentes, et toutes celles qui ont participé, pour la qualité et la sincérité de l’accueil reçu. « C’est une expérience au-delà des mots, de voir la grâce extraordinaire d’Amma, qui s’écoule ainsi sans obstacle, quelque soit le moment et le lieu. »

Découvrez plus de photos du programme de Swamiji