(26 au 28 octobre, Paris – Tour d’Europe 2016)

Auparavant, les programmes parisiens d’Amma avaient lieu à Cergy Pontoise. Cette année, le programme s’est déroulé à Paris même, en bordure du boulevard périphérique. Le mercredi, le premier programme devait démarrer à 11h00 du matin. Mais les dévots avaient commencé à faire la queue, pour passer quelques instants dans les bras d’Amma, bien avant le lever du soleil. Les trois jours suivants, une marée humaine ininterrompue fit la queue, répondant ainsi à l’appel d’Amma « Venez vite, mes enfants chéris, vous êtes l’essence du OM. »

Le programme avait en fait commencé la veille au soir, quand Amma était arrivée sur place après le programme de Suisse. À son arrivée dans le hall, Amma avait servi à manger à la foule des bénévoles qui n’avaient pas ménagé leurs efforts pour préparer le hall à accueillir les dizaines de milliers de personnes qui allaient franchir ses portes pendant les trois jours à venir. À la fin du repas prasad (béni) un des dévots demanda à Amma de parler de l’importance du pardon. Amma répondit qu’en fait le pardon aide celui qui pardonne encore plus que celui qui est pardonné. En absence de pardon, Amma dit que nous sommes prisonniers du cycle action/réaction. Le pardon nous libère. Amma a donné des conseils pratiques pour pratiquer le pardon dans la vie de tous les jours avant de conclure : « Les jours passent, que nous pleurions ou que nous riions, alors pourquoi ne pas choisir de rire ? »

Pendant les programmes parisiens d’Amma, les Nations Unies ont également officiellement décerné à l’université Amrita la toute première Chaire UNESCO consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes.

Martine Reicherts, Directrice générale de l’Éducation et de la Culture de l’Union européenne, est également venue voir Amma à l’occasion de ce programme parisien.

De nombreux concerts et ballets inspirants furent offerts à Amma et à la foule des trois jours. Un orchestre africain de percussions s’illustra lors de la nuit du Devi Bhava. En l’écoutant, une grosse partie de la foule se leva pour danser en oubliant tous les soucis tandis qu’Amma souriait à ses enfants et continuait à les prendre dans les bras un par un.

Le Devi Bhava d’Amma déborda largement sur la matinée du quatrième jour qui tombait le jour de Diwali (fête des lumières en Inde). Quand les rideaux s’ouvrirent et qu’Amma apparut pour dire au revoir aux milliers de bénévoles restés sur place, tous allumèrent la lumière de leur téléphone portable et tendirent le bras, comme en mémoire des paroles d’Amma : « Essayez de rendre les autres heureux et ne vous lamentez pas sur tout ce qui est mauvais dans le monde. Au lieu de maudire l’obscurité, allumons chacun une petite lampe. » Ce fut une belle célébration spontanée de la fête de Diwali qui termina le séjour d’Amma à Paris sur une note joyeuse, émouvante et pleine d’espoir.

Découvrez le programme de Paris en images