En juillet, ce sommet annuel des jeunes d’Ayudh Europe au centre Amma en Allemagne a marqué la genèse de la deuxième décennie du mouvement et ce fut un évènement formidable.

À chaque année qui passe, le mouvement voit son esprit et son importance se renforcer. Cette année, 250 participants provenant de vingt-trois pays ont pris part à la rencontre d’Ayudh d’une semaine, dont le thème était « Together We Can » (Ensemble nous pouvons). Ils étaient originaires d’Autriche, d’Allemagne, de Belgique, du Canada, de Croatie, du Danemark, d’Espagne, des Etats-Unis, de Finlande, de France, de Grèce, d’Inde, d’Irlande, d’Israël, d’Italie, des Pays-Bas, du Portugal, de Slovénie, de Suisse, de Thaïlande, de République Tchèque, du Royaume-Uni, et d’Ukraine. Le sommet des jeunes était riche d’un assortiment de nombreux évènements: des entretiens motivants, des ateliers, une campagne contre le harcèlement en ligne, des pratiques spirituelles, une journée consacrée au sport, le tournage d’un clip vidéo, un pique-nique, et pour conclure la semaine, un spectacle de musique et de danse spectaculaire.

Discours

Des personnalités renommées dans des disciplines variées ont tenu des discours inspirants en lien avec le thème « Ensemble nous pouvons ».

Le rabbin Shai Moshe Piron, ex-ministre de l’éducation et membre actuel du Parlement israélien, a dirigé une session en interaction avec Adi Altschuler, une militante sociale originaire d’Israël, qui a été sélectionnée par le magazine Time comme « Next Generation Leader » (Leader de la prochaine génération). Celle-ci a raconté comment elle a fondé l’association de jeunes de grande ampleur « Krembo Wings » à l’âge de 16 ans, qui a ouvert 35 branches à travers le pays et forte de trois mille jeunes bénévoles qui interagissent et tissent des liens avec des enfants handicapés. Elle a encouragé les jeunes à gagner en confiance et à chercher à accomplir leurs rêves et leurs projets pour d’apporter des changements à la société. Le rabbin a surpris tout le monde en apprenant une chanson de paix en Hébreu à l’auditoire, qu’il a accompagnée à la guitare.

Manish Pandey (Royaume-Uni), le scénariste du documentaire Senna, récompensé par un Bafta, a raconté les moments-clé de sa vie et son exemple a motivé et captivé ses auditeurs. Il a souligné l’importance de l’esprit d’équipe et de la contribution de chacun dans tout projet couronné de succès.

La réalisatrice italienne Mariza Mete, titulaire de plusieurs récompenses, a présenté son clip inspirant « Motherless Child » (« Enfant sans mère »), centré autour du thème « trouver un chez-soi ». Elle a exprimé son soutien et ses vues en ce qui concerne le souci apporté aux sans-abris.

Lucia Rijker, six fois championne du monde de boxe et de kickboxing, a pris part au sommet pour la deuxième fois depuis 2011. Son discours a inspiré tous les participants et elle a donné des réponses magnifiques lors de la session de questions-réponses qui a suivi.

Bri. Dipamrita, Présidente de l’ONG « ETW-France », a prononcé un discours impressionnant sur les changements climatiques qui sont à l’œuvre et l’urgence de la nécessité d’agir ensemble pour éviter une catastrophe mondiale. Elle a relaté que les plus grands scientifiques s’accordent à dire que le sommet COP21, qui aura lieu prochainement en France, constitue la dernière chance d’y apporter une solution politique, et que les dirigeants du monde entier commencent à réaliser que cela sera impossible sans l’ajout d’une dimension spirituelle aux discussions.

Pour couronner le tout, Br. Shubamrita a dirigé des séminaires et des discussions incroyables durant les derniers jours. Il a enseigné l’importance d’être capable de répondre à certaines questions importantes dans la vie: « AI-je vécu ? », « Ai-je partagé de l’amour ? », « Ai-je été utile ? ».

Ateliers

Des professionnels de différents domaines ont proposé une grande variété d’ateliers: gestion de projets d’Ayudh, HOPE (Les Harpes de la paix- pratique thérapeutique de la harpe), photographie, percussions africaines, dance hip-hop, mode de vie vegan complet, développement du projet RespAct contre le cyber-harcèlement, permaculture, AnanDao (Arts martiaux), développement personnel à travers une interaction avec des chevaux, méditation IAM pour les jeunes, illustration et massage Thaï yoga.

Projet RespAct contre le harcèlement en ligne

Le projet RespAct contre le harcèlement en ligne à l’école a été un élément phare de la semaine. Pour donner le coup d’envoi de cette initiative, le lundi 13 juillet, tous les 250 participants à Ayudh se sont rendus à l’école Theodora Litt, un collège de 500 élèves de la ville proche de Michelstadt. Durant les six mois qui avaient précédés, les membres d’Ayudh spécialistes dans les domaines de la psychologie, de l’éducation et du travail social avaient travaillé de pair avec les enseignants de l’école dans le but de sensibiliser les élèves et l’équipe pédagogique à ce problème.

L’évènement « RespAct » a débuté à l’école avec des scénettes théâtrales créées par les jeunes d’Ayudh regroupés selon leur nationalité et par les étudiants locaux, qui ont mis en lumière les problèmes posés par le harcèlement et proposé des solutions possibles. Lucia Rijker a ensuite prononcé un discours éblouissant sur la façon dont le respect en tant que valeur l’avait aidée à atteindre l’excellence, aussi bien dans le monde du sport professionnel que dans sa vie privée. Elle a souligné l’importance de trois aspects du respect, qu’elle considère comme essentiels pour créer un climat scolaire positif: le respect de soi, le respect envers autrui et le respect de la communauté. En geste de prise de position symbolique contre le harcèlement, tous les élèves, enseignants et membres d’Ayudh se sont rassemblés pour une photo de groupe dans la cour de l’école, en formant les lettres « stop mobbing » (« Non au harcèlement »).

Le projet a été reçu avec force de louanges. Le maire de Michelstadt, Stephen Kelbert, a exprimé sa gratitude à Ayudh pour avoir lancé le projet. Un reportage radio et un article de journal sont parus dans les médias locaux.

Le projet RespAct a été développé plus avant dans un atelier de quatre jours qui lui était consacré, encadré par Lucia Rijker. Outre les jeunes d’Ayudh, trois enseignantes et 25 élèves de l’école, dont certains issus de l’immigration, y avaient pris part. Cela a été pour ces derniers une occasion formidable de s’ouvrir et de tisser des liens avec un groupe international de jeunes, au sein duquel ils ont pu parler librement des défis auxquels ils faisaient face pour s’intégrer et trouver une identité culturelle.

Musique, sports et pique-nique

Comme chaque année, les jeunes d’Ayudh ont écrit, composé et enregistré une chanson autour du thème de la semaine. Cette année, le morceau avait pour titre « One Heart » (« Un cœur »), et mettait l’accent sur l’unité de tous par-delà les cultures, crédos et couleurs de peau. Un clip vidéo a été tourné avec tous les jeunes en train de danser et faire la fête ensemble. Le troisième jour a été l’occasion d’un tournoi de sport très apprécié, durant lequel tous les participants ont pu faire l’expérience de l’esprit d’équipe tout en s’amusant.

Vers la fin de la semaine, un pique-nique plein de divertissements a été organisé dans les bois. Ce fut exceptionnel et vraiment inoubliable de manger dans la nature puis de s’amuser et de chanter quelques chansons de paix au grand air.

Tourner le regard vers l’intérieur

Pour contrebalancer les activités plus extraverties de la semaine, des pratiques spirituelles étaient proposées chaque jour. Elles comprenaient des bhajans, de la méditation et du yoga. Une soirée magnifique, propice à la contemplation a eu lieu mercredi 15 juillet, lorsque Br. Shubamrita a dirigé une session en interaction avec les participants, destinée à leur permettre de réfléchir à leurs buts et à leurs objectifs dans la vie. Un arbre de vie symbolique a été placé sur la scène et chaque participant était encouragé à écrire sur une feuille de papier ses propres rêves et ceux qu’il avait pour la communauté, pour la suspendre ensuite à l’arbre. Un éclairage à la bougie et les morceaux magnifiques interprétés par les membres d’Ayudh ont fait de cette soirée un évènement mémorable et profond.

Ensemble pour 2016

Conformément à l’esprit d’équipe, un forum en « Open Space » a été mis à disposition, où chaque participant a eu l’opportunité d’exprimer quels étaient les problèmes les plus importants auxquels Ayudh devaient s’intéresser dans l’année à venir. Les opinions et rêves des 250 jeunes ont été résumés par les organisateurs d’Ayudh en un thème pour 2016: « One World. One Home. » (« Un monde. Un chez-soi. »). Il est le reflet de l’ambition d’Ayudh de prendre en considération les sans-abris, de protéger le caractère sacré de notre planète et en même temps de s’efforcer de trouver notre « chez-nous » spirituel.

Spectacle multiculturel

La fin du sommet a été marquée par un festival multiculturel appelé « OdenWorld », auquel ont pris part six cent personnes venant de villes des environs ainsi que des invités originaires de toute l’Europe. Le principe du spectacle était de combiner jeunes talents venant de toute l’Europe et artistes locaux de la région d’Odenwald. OdenWorld a permis de donner un aperçu des valeurs et projets des deux organisations « Ayudh » et « Etreindre le monde ». Le coordinateur de district Dietrich Kübler a pris la parole devant l’assemblée et a exprimé son admiration devant le travail positif effectué par Ayudh et Amma. Les divertissements comprenaient une représentation du groupe de musique de l’école locale et du groupe de percussions africaines Bingoma. Les contributions des membres d’Ayudh allaient de l’interprétation de classiques, en passant par des danses traditionnelles de la région basque, jusqu’à l’interprétation de chansons à succès d’Ayudh, ainsi qu’une version de Mata Rani qui paraissait ne jamais devoir s’arrêter.

Dundu, symbole d’unité

Le moment phare de la soirée a été l’apparition de Dundu – le géant de lumière – une figurine de forme humaine gigantesque qui est éclairé de l’intérieur. Dundu était apparu précédemment à des évènements mondiaux majeurs tels que les Jeux Olympiques de 2012, la journée mondiale de l’église et le festival mondial de la jeunesse de l’UNESCO. Dundu, symbole d’unité et du fait que tous les êtres humains ne font qu’un, a impressionné l’auditoire lors d’une scène hypnotisante, puis lors d’une soirée dansante inoubliable, qui s’est conclue sur la chanson thématique « One Heart » (« Un cœur »).

Conclusion

Comme tous les ans, le maire de Brombachtal Willi Kredel a remis des certificats de participation à tous les membres d’Ayudh à la fin de la semaine. Ces derniers apportent une reconnaissance de leur contribution et de leur engagement à d’Ayudh en tant qu’expérience formatrice non-officielle.

Ensemble pour Ayudh

Plus de 80 bénévoles venants de toute l’Europe ont travaillé sans ménager leurs efforts pour faire de « Together We Can » un succès formidable. L’initiative a également été soutenue par le coordinateur de district DietrichKubler, les municipalités de Michelstadt et de Brombachtal, ainsi que la fondation de Sparkasse Odenwald.

Préparation d’Ayudh 2016

Le prochain sommet d’Ayudh Europe « One World. One Home » (« Un monde. Un chez-soi. ») aura lieu du 17 au 24 juillet 2016 au Centre Amma en Allemagne. Si vous souhaitez recevoir les informations les plus récentes et être averti lorsque les inscriptions seront ouvertes, inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter (http://www.ayudh.eu/newsletter/) ou aimez « Ayudh Europe » sur Facebook.

Découvrez plus d’images de la rencontre