Amma envoie un message de condoléances suite au décès du docteur APJ Abdul Kalam, ancien Président de l’Inde:

« Le docteur Abdul Kalam était la bonté personnifiée. Il voyait le monde avec le regard d’un rishi (sage visionnaire des temps védiques). C’était un scientifique exemplaire, un amoureux de l’humanité et un visionnaire. Il a appris aux jeunes à avoir des rêves audacieux et la confiance qu’ils se réaliseraient. Il a comblé l’écart entre les dirigeants et le peuple.

Amma a rencontré plusieurs fois le docteur Kalam et a eu de longues conversations avec lui. La première fois qu’il est venu à Amritapuri, c’était pour donner un cours aux étudiants de l’université.

Lorsqu’Amma lui a demandé quels étaient ses rêves, il a dit qu’il voulait toucher au moins 100 000 étudiants pour leur transmettre l’idée que l’avenir du pays serait façonné par leurs rêves. Durant les célébrations Amritavarsham 50, Amma a réservé une journée exclusivement aux jeunes et le docteur Kalam s’est adressé à eux et les a inspirés.

Où qu’il aille, il savait s’adresser aux étudiants et aux jeunes et éveiller leur sens moral. Cela prouve que la grâce divine comblera sûrement nos désirs désintéressés, quels qu’ils soient.

Il avait le cœur et la tendresse d’un poète. Un vrai scientifique voit la création avec l’émerveillement et l’innocence d’un enfant. Dans le cas du docteur Kalam, c’était le cas. Face à la connaissance et à l’étude, il était humble et conservait toujours l’attitude du débutant. C’est peut-être pour cela qu’il était si différent des autres.

Lorsqu’il a rendu visite à Amma à Amritapuri, il était l’honorable Président de l’Inde et il a invité Amma au Rashtrapati Bhavan (le palais présidentiel). Alors qu’il se promenait longuement avec Amma dans les jardins, il lui a raconté l’histoire de chaque plante, de chaque fleur et de chaque pétale, comme un enfant. Il a partagé avec elle ses rêves pour son pays. Il lui a également fait part de ses inquiétudes au sujet des enfants et des jeunes générations de l’Inde. Et il a discuté avec elle des façons de les inspirer à emprunter le bon chemin dans la vie.

Son cœur n’était que bonté. Sa présence physique n’est plus avec nous. Le docteur Kalam n’est pas quelqu’un qui peut être confiné dans les pages des livres d’histoire au même titre que les autres Présidents de la nation. Sa pensée élevée et son style de vie pur nous inspireront toujours et continueront à embaumer l’air que nous respirons. »