Renonçons au lourd fardeau de notre ego pour nous élever au niveau de Shiva

(21 février 2020, célébrations de Shivaratri à l’ashram d’Amritapuri)

À Amritapuri, Shivaratri a été célébré dans la joie et l’enthousiasme. Des récitations du Rudram et du Chamakam (hymnes), des rituels tous dédiés à Shiva et des chants ininterrompus entonnés par les dévots et les résidents de l’ashram ont eu lieu au Kalari, l’ancienne étable devenue un petit temple.

Le soir venu, Amma a mené une session spéciale de chants, puis guidé une méditation et donné son enseignement pour l’occasion. Elle a même fait quelques pas de danse pour la grande joie de tous. Amma a ensuite demandé à quelques jeunes enfants de parler au micro pour raconter des histoires ou dire quelques phrases en sanskrit.

Tout au long de la nuit, différents groupes ont chanté des chants dévotionnels, pour maintenir l’attention. Voici un extrait du message d’Amma à l’occasion de Shivaratri.

« Lorsque nous entendons Shivaratri, nous pouvons penser à tort que cela signifie ‘la nuit du Seigneur Shiva’ ou ‘la nuit consacrée au Seigneur Shiva’. Le Seigneur Shiva, la Réalité absolue, ne connaît ni nuit ni jour et ne dort pas non plus. Shivam est un état d’éveil constant, ininterrompu – c’est la Conscience absolue. Les fêtes telles que Shivaratri, et les vœux qui sont pris à cette occasion, comme celui de jeûner ou de rester éveillé toute la nuit, nous sont destinés, à nous, pas à Dieu. Toutes ces fêtes nous adressent un seul et même message : ‘’Connais-toi toi-même’’.

Le Seigneur Shiva symbolise le sacrifice suprême et le détachement. Le fardeau le plus lourd est celui de l’ego. Abandonnons ce fardeau pour nous élever au niveau de Shiva. Le seigneur Shiva est la béatitude suprême et la perfection absolue de ce renoncement à l’ego. Shivaratri est la connaissance que ‘’je suis cette perfection’’.

Habituellement, la nuit nous évoque une obscurité extérieure qui empêche de voir nettement et de distinguer une chose d’une autre. Mais, s’agissant de Shivaratri, le terme ‘ratri’, la nuit, prend une autre signification. Pendant le jour, nous voyons le monde avec ses myriades de formes. Nous faisons la distinction entre ‘toi’ et ‘moi’, ‘’ceci’’ et ‘’cela’’ et nous considérons donc toutes les choses comme séparées. Mais rien de tel la nuit. Quand bien même cela resterait temporaire, les différences perçues de jour sont imperceptibles dans l’obscurité de la nuit. Cela nous donne une impression d’unité, que tout ne fait qu’un. Tel est l’état Shivatvam – l’état d’être Shiva. La disparition de la notion de dualité éveille en nous le ‘’je suis Shiva’’, l’état de non-dualité.

Nos deux yeux représentent la dualité, c’est à travers eux que nous voyons les divers objets du monde et que nous les distinguons les uns des autres. Quand nous réalisons que les myriades d’objets de l’univers ne sont rien d’autre que les différentes manifestations de la Conscience universelle, sous différentes formes, avec des appellations différentes, les deux yeux de la dualité disparaissent. Le troisième œil du Seigneur Shiva s’ouvre aussi en nous. Voilà pourquoi dans Shivaratri, le suffixe ‘ratri’ (nuit) ne signifie pas obscurité, mais bien plutôt ‘’lumière d’un million de soleils’’, lumière de la Conscience suprême.

Les sages de l’antiquité représentent l’unicité de l’univers au moyen de la forme unifiée de Shiva-Shakti. Le Seigneur Shiva et la Déesse Parvati ne sont pas séparés ; ils ne font qu’un. Shiva est inhérent à Shakti et Shakti est inhérente à Shiva. En ce sens, la mère de l’univers et le père de l’univers ne font qu’un. La mère est inhérente au père et le père est inhérent à la mère. C’est pourquoi on dit de Shiva qu’il est prompt à la colère mais aussi qu’il est facile à contenter. On dit de lui qu’il est un maître sévère mais aussi qu’il a le cœur facile à attendrir. Quand nous regardons la nature, nous comprenons facilement en quoi cela est vrai. La nature peut se déchaîner très rapidement mais s’apaiser tout aussi vite. Elle peut nous combler mais peut aussi tout reprendre en un instant.

Puisque c’est la même énergie qui se manifeste en même temps comme père universel et mère universelle, ne craignons pas cette force – Dieu, qui est à la fois notre mère et notre père. Mais pour recevoir la grâce de Dieu, nous devons purifier notre mental.

La nature exprime elle aussi les tensions et le calme du mental humain. Si les parents ne partagent pas équitablement leurs biens entre les enfants, cela créera des conflits au sein de la famille. De même, donnons et prenons équitablement dans la macro-famille de l’univers. Faute de quoi, il y aura des conflits. Cela déséquilibrera la Nature. Agissons de manière désintéressée pour acquérir la pureté du mental, qui fera émerger la Conscience ultime ‘’Je suis Shiva’’ et en même temps préservera l’harmonie de la Nature.

La trinité – Brahma, Vishnu et Shiva – ne comprend pas des entités séparées, il s’agit de trois aspects d’une seule et même force cosmique. L’ampoule, le réfrigérateur et le ventilateur ne sont pas trois centrales électriques, ce sont trois moyens de manifester une seule et même électricité. D’où la phrase des rishis de l’antiquité : Ishavasyam-idam sarvam (Dieu imprègne tout dans cet univers). Cet univers est un vêtement que Dieu porte. Dieu l’habite. À cet égard, le monde et Dieu ne sont pas deux, mais un. C’est la signification des enseignements donnés par les sages des temps anciens : Vasudhaiva kutumbakam, (Le monde entier n’est qu’une seule famille) et Lokah samastah sukhino bhavantu (Puissent tous les êtres de tous les mondes être en paix).

Pendant Shivaratri, on veille toute la nuit et on se souvient de Dieu. Rester éveillé toute la nuit symbolise le principe de vigilance qui exige de rester conscient de chacune de nos pensées, paroles et actions. C’est ça le véritable éveil. Il ne s’agit pas de se rappeler ce principe et de l’observer machinalement une fois l’an. C’est une discipline de vie à observer et méditer à chaque instant par celui ou celle qui souhaite atteindre Dieu.

Renoncement et lâcher-prise sont à pratiquer pas seulement durant Shivaratri mais à chaque instant. Puissiez-vous conserver ces qualités pour toujours. Puissent toutes vos pensées, paroles et actions trouver leur source dans l’amour. Puisse la connaissance : ‘‘Je ne suis pas ce corps périssable, mais la forme même du Seigneur Shiva, Satchidananda (existence, conscience, béatitude)’’ briller en chacun de vous. Puissiez-vous être remplis de compassion, puissiez-vous déborder de compassion. »

voir toutes les photos