(29 et 30 janvier, Kodungallur, Kérala – Tour de l’Inde 2018)

Amma est arrivée à Kodungallur pour 2 jours de programme Brahmasthanam (temple spécialement consacré par Amma). Ce temple est le tout premier à avoir été inauguré par Amma, il y a 30 ans.

Chaque jour, Amma a délivré un enseignement spirituel, chanté des bhajans (chants dévotionnels) et donné le darshan (bénédiction sous forme d’étreinte) à des milliers de dévots avides de son étreinte. Parmi les participants, on comptait de nombreux anciens qui ne ratent jamais le programme de Kondungallur depuis le premier, trente ans auparavant. Toutefois, cette année, Amma a remarqué que certains des plus anciens dévots n’étaient pas présents et elle a demandé où ils étaient. Quand elle a appris qu’ils ne pouvaient pas venir car ils vivaient seuls et sans moyen de transport, Amma a fait envoyer des chauffeurs pour aller les chercher et les amener au programme. À leur arrivée, Amma a découvert que plusieurs d’entre eux étaient malades, solitaires et sans personne pour s’occuper d’eux. Elle a ressenti leur tristesse, les a réconfortés et leur a répété qu’elle serait toujours là pour eux.

Dans son enseignement, Amma s’est adressée à l’assistance en ces termes :

« Ne déprimons pas en pensant à notre passé. Le passé c’est comme le gros lot que nous n’avons pas gagné à la loterie. Ça ne sert à rien de pleurer l’argent qu’on aurait pu gagner. Ce n’est qu’une perte de temps. Quand des oiseaux volent au-dessus de nos têtes, nous ne pouvons pas les arrêter. Nous les laissons tout simplement passer. Ruminer nos peines c’est comme laisser ces oiseaux se poser sur notre tête et y faire leur nid. Le passé est un chèque annulé. Demain ne deviendra jamais aujourd’hui et hier ne deviendra jamais aujourd’hui. Seul le moment présent est entre nos mains : faisons-en bon usage ! »

Salim Kumar, star de cinéma et comédien reconnu, est venu rencontrer Amma pendant le programme. Dans son discours, il a partagé son expérience personnelle et a raconté, avec cet humour particulier qui l’a rendu célèbre, comment il avait surmonté les épreuves de la vie. Entre autres histoires drôles, il a raconté comment il avait réussi à faire rire Amma :

« J’avais rendez-vous à l’hôpital Amrita pour me faire soigner le foie. Là-bas, les médecins m’ont conseillé d’aller voir Amma, vu le prix très élevé de l’intervention. Étant d’un naturel très fier, je ne m’imaginais pas demander de l’aide à Amma mais j’ai quand même décidé d’aller la voir. Elle m’a dit de m’asseoir et m’a demandé pourquoi je voulais la voir.

Quand je lui ai dit que j’avais une revendication à lui présenter, elle m’a répondu : « Raconte-moi ! »  Alors je lui ai dit que, alors que j’avais 46 ans à l’époque, on avait inscrit dans mon dossier à l’hôpital Amrita que j’en avais 56. Et je lui ai demandé de s’adresser aux responsables pour que ce soit corrigé. En entendant cette histoire, Amma s’est mise à rire, sans pouvoir s’arrêter. Puis elle m’a dit de ne pas m’inquiéter pour l’argent et de me faire opérer. Amma a ajouté : « Je te veux. » Personne ne m’a jamais dit une chose pareille, de toute ma vie. Depuis ce jour, je suis dévot de Mata Amritanandamayi. »

Salim Kumar a ajouté qu’en repensant à cette aventure, il s’était demandé comment Amma avait réussi à comprendre son besoin. « Tout le monde a une histoire tragique à raconter à Amma, et au milieu de ces histoires tragiques, je me suis présenté avec mon histoire drôle », a t-il conclu.

En cadeau à la population de Kodungallur, Amma a distribué des fonds de roulement aux groupes d’entraide autogérés AmritaSREE (pour l’autonomisation des femmes). Les écoliers de l’école Amrita Vidyalayam (inspirée par Amma) ont également présenté divers spectacles à caractère culturel pendant les deux jours de darshan.

Amma a quitté Kodungallur pour retourner à Amritapuri, clôturant ainsi le premier tronçon du tour de l’Inde 2018.

Découvrez les photos de Kodungallur