L’étreinte d’Amma nous surprend, nous réconforte, nous enveloppe de sa douceur

(9-11 novembre, Malpensafiere, Milan, Italie – Tour d’Europe 2019)

Les chaleureux Italiens ont accueilli Amma à Milan, neuvième ville-étape de la tournée européenne 2019, avec beaucoup d’amour et d’enthousiasme. Le premier jour, de longues files d’attente ont commencé à se former aux petites heures du matin, à l’extérieur du centre Malpensafiere, à Busto Arsizio, dans un cadre alpin frisquet. « Tout comme le soleil, Amma est apparue, nous apportant la chaleur et la lumière de la compassion », a déclaré Stefano, un coordinateur local qui gérait le bureau d’accueil pour les foules qui affluaient.

Amma a été officiellement accueillie en Italie par Giacomo Campiotti, réalisateur de cinéma et directeur de télévision primé ; par Thomas Torelli, auteur et réalisateur de documentaires, par Emanuelle Antonelli, mairesse de Busto Arsizio et par Massimo Citracca, maire de la ville de Valfornace, située à proximité de l’épicentre des séismes qui ont fait plus de 300 morts dans le centre de l’Italie en août 2016.

À l’époque, la ville de Valfornace, avait subi des dégâts importants. Immédiatement après le premier tremblement de terre, suivant la demande d’Amma, les bénévoles d’Amma Italia avaient pris contact avec les autorités de la protection civile pour aider les personnes qui avaient perdu leurs maisons. Le maire de Valfornace avait exprimé le besoin d’une salle communale, où les gens pourraient se réunir pour se rencontrer et se soutenir mutuellement. Apprenant cela, Amma avait demandé aux bénévoles d’Amma Italia d’aller construire cette salle communale polyvalente pour les habitants de Valfornace.

Maintenant, la construction de la salle communale étant terminée, Amma en a remis la clé au maire de Valfornace. En recevant la clé, M. Citracca a dit : « Amma a tant fait pour notre petite communauté qui reçoit l’attention et l’aide d’Amma et de ses bénévoles depuis 2017. Je suis ici pour exprimer la gratitude de cette petite communauté. En vérité, c’est la première fois que je rencontre Amma, mais je reviendrai car j’ai trouvé ici une formidable organisation menée par des gens qui travaillent et aident de tout leur cœur les personnes dans le besoin. Lors du séisme de 2016, notre toute petite ville a perdu 85% de ses bâtiments privés et 100% de ses bâtiments publics. Avec l’aide d’Amma, nous avons maintenant une belle salle polyvalente à l’usage de toute la communauté. Je transmettrai à tous mes concitoyens l’étreinte d’Amma et je vous remercie tous du fond du cœur. »

La mairesse de Busto Arsizio, Mme Antonelli, a parlé de l’impact du darshan d’Amma sur la communauté, sur elle-même et sur son travail : « À chaque fois, l’étreinte d’Amma nous surprend, nous réconforte, nous enveloppe de sa douceur, de sa générosité, de sa spiritualité. À chaque fois, elle nous insuffle de l’énergie et nous donne l’espoir qu’un monde meilleur est possible. Et chaque fois qu’Amma nous étreint, nous comprenons que nous avons trouvé la réponse à notre besoin d’être accueillis, compris et considérés comme des êtres humains uniques. Son étreinte n’est pas un rituel toujours identique, c’est un geste simple et complexe à la fois, un geste à la fois concret et symbolique, un geste qui nous encourage à ouvrir les bras aux autres, à les rencontrer réellement, au-delà des préjugés, de l’embarras et des difficultés. Cette étreinte n’est pas confinée aux lieux dans lesquels Amma donne son darshan, elle touche le monde entier grâce aux activités sociales et caritatives très importantes qu’Amma mène et coordonne. Son dévouement est un modèle de prise en charge globale des besoins essentiels, qui surmonte toutes les barrières, toutes les discriminations, et qui arrive à soulager la souffrance des plus vulnérables. Je suis persuadée que son étreinte m’apportera encore plus d’enthousiasme dans mon engagement, comme cela a été le cas au cours des trois dernières années, me donnant la force de faire de mon mieux pour notre ville et pour la province, au profit de tous, sans exception. Merci, Amma. »

M. Campiotti s’est servi d’une belle analogie pour évoquer l’amour d’Amma. « L’image qui me vient à l’esprit est celle d’une abeille. Je vois Amma comme une grande fleur et au moment de son étreinte, j’essaie – comme vous tous, je pense – de prendre le plus de ‘nectar’ possible, comme une abeille minuscule : un peu pour moi, mais surtout pour tenter, humblement à ma petite échelle, de diffuser partout ce message d’amour. Parce que ce que l’amour d’Amma a de plus beau, c’est qu’il est spirituel mais aussi très, très concret. Merci, merci Amma. »

Amma a parlé de l’importance de l’altruisme : « Plus nous faisons de place aux autres dans notre cœur, plus nous sommes heureux. Plus notre ego grandit, moins nous sommes heureux. L’altruisme est la loi de la nature et de la vie. »

À chaque fois qu’Amma entrait dans la salle ou la quittait, un tonnerre d’applaudissements et d’acclamations venues du cœur faisait vibrer le lieu. À la fin du dernier programme, au moment où Amma quittait le hall, toute la foule a spontanément commencé à psalmodier en cœur « Grazie, grazie, grazie, grazie ». Les yeux rayonnant d’amour, Amma a regardé une dernière fois ces coeurs italiens débordant de gratitude.