Enseignement d’Amma: le remède au chagrin

Extrait de la réponse d’Amma à une question posée sur le vrai sens de la phrase : « personne ne nous appartient. »

Amma : Quand on dit « personne ne m’appartient, » il est du même coup sous-entendu que « tout le monde m’appartient, tout le monde est un prolongement de mon Être Véritable. » Si nous exposons 100 pots remplis d’eau dehors au soleil, nous verrons le soleil se refléter dans chacun des 100 pots. Mais en réalité, il n’y a pas 100 soleils ; il n’y en a qu’un seul. De la même façon, il n’y a qu’une seule conscience qui se manifeste dans tous les êtres.
Pourquoi les Écritures et les gourous disent-ils que tout est un ? Parce qu’ils ne veulent pas que nous soyons tristes ou déprimés et qu’ils savent que si nous comprenons cela –qui est la vérité – nous cesserons d’avoir du chagrin. Le fait de penser que nous sommes le complexe limité corps-esprit nous mène tout naturellement à l’insécurité et à la peur. Cette insécurité nous rend dépendants des autres – ce qui provoque attachement et chagrin. Notre existence même repose sur ce que disent et font les autres. Nous grimpons au septième ciel quand on nous encense et nous tombons plus bas que terre quand on nous critique. Les mahatmas veulent nous libérer de cette dépendance et ils savent bien que pour la dépasser, il est essentiel de comprendre ces vérités spirituelles.
Un roi rêva une nuit qu’il était un papillon – tout heureux de voleter de ci, de là. À son réveil, il se sentit troublé. Il se demandait sans cesse : « Suis-je un roi qui a rêvé qu’il était un papillon ou un papillon qui a rêvé qu’il était un roi ? » Très troublé, il alla voir un gourou – qui lui répondit : « Tu n’es ni un papillon, ni un roi. Tu es pure conscience. C’est dans le champ de cette conscience – qui est toi – que ces deux expériences ont eu lieu. L’atman est la seule vérité. Le papillon et le roi sont deux rêves. »
Mes enfants, éveillons-nous à cette compréhension pour voir que nous ne faisons qu’un avec les autres. Voyons les comme notre propre Soi. C’est le seul moyen de dépasser la peine que nous ressentons. Amma sait que ce n’est pas facile, mais on peut y arriver en s’entraînant constamment. Au même titre que nous avons appris à nous identifier à notre nom, nous avons besoin d’apprendre à nous identifier à notre Véritable Soi.