Une seconde Chaire UNESCO décernée à l’Université Amrita

Une Chaire UNESCO « Apprentissage par l’expérience pour l’innovation et le développement durable » a été octroyée à l’université Amrita Vishwa Vidyapeetham. Cette Chaire soutient la mission de l’université de renforcer le développement durable dans des villages indiens. Le programme repose sur le concept selon lequel des étudiants partagent la vie des villageois afin d’identifier les difficultés que ces derniers rencontrent. Les étudiants et la population locale recherchent ensemble les solutions les mieux adaptées aux besoins des villageois ; à cette fin, l’université Amrita va élaborer un cadre général d’engagement universitaire.

La Chaire sera occupée par l’université Amrita pour les quatre années à venir, sous la direction du Dr Maneesha Sudheer, responsable des programmes internationaux de l’université et directrice du centre des réseaux et applications sans fils. En tant que Chaire UNESCO, l’université Amrita fait maintenant partie des plus de 700 institutions partageant connaissances et expertise afin d’améliorer leurs compétences en matière d’éducation et de recherche.« Il s’agit de la seconde chaire attribuée à l’université, quatre ans après l’octroi de la toute première chaire UNESCO jamais octroyée en Inde pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, dit le Dr Sudheer. C’est un grand privilège pour nous d’avoir de nouveau obtenu cette reconnaissance. »

Des villageois et des étudiants font connaissance au cours d’une réunion dans le village de Nani Borvat, dans l’État du Gujarat, avant de se mettre à parler des défis à relever par le village.

Le programme repose sur l’apprentissage par l’expérience pour des étudiants qui vont partager la vie des populations rurales et travailler avec elles afin de comprendre les difficultés qu’elles rencontrent. Les étudiants et la population locale recherchent ensemble les solutions à long terme les mieux adaptées aux besoins des habitants des villages. Cela permet à la communauté universitaire d’acquérir les connaissances, les compétences, l’état d’esprit et les valeurs nécessaires pour venir en aide à d’autres communautés vulnérables à l’avenir.

« Live-in-Labs, notre programme (très apprécié) d’apprentissage par l’expérience, a été conçu par notre présidente, Amma, dont la vision pour l’université Amrita a toujours inclus la recherche axée sur la compassion et le développement durable, » a poursuivi le Dr Sudheer.

Au fil des ans, Live-in-Labs a contribué au développement durable de communautés rurales dans 21 États de l’Inde. Grâce à ce programme, nous nous sommes vu octroyer cette prestigieuse Chaire UNESCO. Nous allons maintenant être en capacité de proposer notre concept d’apprentissage par l’expérience au monde entier, en collaboration avec d’autres Chaires UNESCO et universités partout dans le monde.

Des aînés dans le village de Dunda, dans l’État d’Uttarakhand.

Les activités comprendront des programmes d’études supérieures, incluant des programmes conjoints de doctorat, double doctorat et double master. Nous organiserons également des stages (avec des certifications de courte durée), de la recherche, des conférences, des bourses d’études et l’installation de labos pilotes. Ces labos auront pour objectif de vérifier la faisabilité des solutions de développement durable avant qu’elles ne soient mises en œuvre dans les communautés.

En septembre 2019, l’université Amrita a ouvert un doctorat en développement durable corrélé au programme Live-in-Labs. Intitulé E4LIFE, il s’agit d’une bourse internationale de doctorat entièrement financée, dont l’objectif est d’accélérer l’autonomisation de plus de 100 villages indiens adoptés par l’université. Au total, l’université Amrita va financer les études de 100 étudiants étrangers et indiens et se déclare prête à recevoir bientôt le premier groupe de 60 étudiants, dont 45 étrangers.

Récolte de riz : trois étudiants en travail social de l’université Ryerson de Toronto au Canada aux côtés des femmes de Hadiabad, dans l’État du Bihar.

« Cette Chaire et le travail que nous effectuerons dans ce cadre sont d’une importance primordiale car les défis du développement moderne augmentent en raison du manque d’accès aux ressources de base : énergie, eau et autres infrastructures, éducation ; en raison aussi du changement climatique et du manque de résilience lors de catastrophes », explique le Dr Sudheer.

« Malgré les avancées scientifiques et technologiques, les besoins simples et élémentaires sont loin d’être satisfaits pour une majorité de la population mondiale. Il est grand temps de réfléchir à la façon dont les contributions des travaux de recherche de haut niveau se traduisent pour ceux qui appartiennent aux couches vulnérables de la société. »

L’université Amrita a initié Live-in-Labs en 2013 pour que les étudiants puissent mesurer personnellement les difficultés rencontrées par les communautés rurales en Inde. L’idée, c’est que si on emmène les étudiants vivre dans ce type de communautés pendant un certain temps, cela les inspirera pour mieux comprendre les problèmes des populations rurales et œuvrer avec elles à des solutions durables innovantes.

Live-in-Labs travaille en collaboration avec 101 villages répartis dans toute l’Inde. Dans ces villages, plus de 150 projets ont été mis en œuvre qui bénéficient à plus de 200.000 personnes. À ce jour, environ 400 étudiants issus de 40 universités internationales partenaires ont participé à ce programme.

Damara, élève infirmière de l’université Ryerson, est venue dans le village de Ratanpur, dans l’État du Bihar, pour travailler avec les Musahar, l’une des communautés les plus pauvres de l’Inde.