Faisons un Onam de chaque jour de notre vie

(11 septembre 2019 – Ashram d’Amma à Amritapuri)

Extraits du message d’Amma pour Onam (la fête des moissons)

 » Des milliers d’entre vous se sont réunis pour célébrer Onam avec Amma. Aux yeux d’Amma, c’est votre unité et vos cœurs remplis d’amour qui font la beauté des mandalas d’Onam .

Penser à Onam fait toujours remonter les souvenirs de notre enfance, quand nous célébrions cette fête avec nos amis et notre famille. Nous associons une douceur particulière à ces souvenirs. Amma se souvient d’Onam comme d’un moment où les enfants pouvaient s’amuser et jouer autant qu’ils voulaient sans que les adultes leur imposent aucune restriction. Les différences d’âge et de genre n’avaient pas d’importance. Tout le monde se rassemblait et se laissait aller à la joie d’Onam – se balançant sur les balançoires suspendues aux arbres, nageant et jouant. Ces moments sont inoubliables. Les années qui passent n’effaceront jamais la douceur de ces souvenirs.

Onam est une fête de l’amour, de l’amitié et de l’unité – qui met l’accent sur les relations entre les êtres humains et la Nature, entre les êtres humains et Dieu, et entre les êtres humains eux-mêmes. On touche aussi aux relations entre gouvernants et gouvernés, entre voisins et entre membres de la famille. En conséquence, Onam est une fête qui rapproche les gens et resserre tous les liens humains.

 

Les traditions anciennes d’Onam, comme celle de chanter en cueillant des fleurs tôt le matin dans les cours et les champs pour réaliser les mandalas fleuris, ont toutes disparu. Bien souvent, les champs eux-mêmes ont disparu. Et il n’y a plus dans nos cours les fleurs, libellules et papillons d’autrefois. Il n’y a pas que la nature qui a changé, le cœur des gens aussi a changé.

Généralement, nous mettons notre ego au centre de notre existence. Tous nos efforts tendent à le renforcer. Mais quand nous mettons Dieu au centre de notre existence, nous devenons l’ombre de Dieu. Ce faisant, nous renonçons au sentiment que c’est nous qui agissons. En s’incarnant sous la forme de Vamana, le Seigneur Vishnu a retiré à Mahabali son ego et la notion que c’était lui qui agissait. Mahabali est alors devenu un être réalisé. .

Les qualités de bien et de mal, de divinité et de démon sont en chacun de nous. Si, comme Mahabali, nous sommes capables d’éveiller en nous les qualités divines, alors le chemin qui mène à l’immortalité s’ouvrira grand devant nous.

Mahali est une représentation d’une culture illustre bâtie sur les valeurs fondamentales telles que la vérité, la droiture, la charité et la dévotion. Toutefois, quand les gens célèbrent Onam aujourd’hui, ils oublient souvent les nobles valeurs que cette fête incarne. Onam et les fêtes comme celle-ci sont devenues des occasions de célébrations sauvages où l’on s’enivre et se drogue. Le vrai sens de ces fêtes s’est perdu. Nous n’avons pas besoin de fêtes qui oublient la culture. Nous avons au contraire besoin de fêtes qui nourrissent la culture. Toute célébration devrait tâcher d’être l’occasion d’éveiller et de cultiver nos valeurs morales.

Pendant Onam, nous avons pour tradition d’accrocher des balançoires dans les arbres. Jeunes et vieux se balancent à tour de rôle. Si les cordes de la balançoire sont accrochées à une branche d’arbre très solide, il n’y a rien à craindre. Sinon, le rire et la joie peuvent finir dans les larmes. Quand on pousse très fort la balançoire, souvent les enfants rient et poussent des cris de joie. Malgré la peur du risque de chute, ils font confiance à leurs parents pour assurer leur sécurité et les empêcher de tomber. De cette façon, même un événement potentiellement dangereux peut devenir une expérience joyeuse pour l’enfant. Cela nous apprend que lorsque l’on vit dans le monde, notre esprit doit rester fermement attaché à son fondement : Dieu. C’est seulement à cette condition que nous serons capables d’avancer sans nous perdre dans les hauts et les bas de la vie.

Onam n’est pas une fête à célébrer une seule fois par an. Faisons de notre vie entière un Onam. Avec les fleurs de l’amour et de la compassion, faisons un beau mandala fleuri dans notre cœur. Chaque jour, enfilons les vêtements éternellement neufs du Service du monde et de l’Amour de Dieu. Laissons les jeux et les sports d’Onam nous conduire à considérer notre vie comme une lila – un jeu divin – et, ainsi, à accepter tout ce qui arrive. Oubliant toutes nos différences dans l’esprit d’unité et d’amour, transformons notre vie entière en une célébration dorée d’Onam.  »

Après l’enseignement du matin, Amma a chanté quelques chants puis, à la fin, elle a demandé de danser ensemble au son de la musique. Après avoir donné le darshan (bénédiction sous forme d’étreinte) à quelques centaines de personnes, elle a commencé à servir le repas d’Onam à tout le monde. Elle a aussi donné du riz, des bananes et du papadam à manger à Lakshmi, l’éléphante.

Dans la soirée, Amma a entonné une série de beaux chants. Tous les visiteurs  venus d’Inde et d’ailleurs ont présenté de nombreux spectacles culturels. Amma a conclu les célébrations de la journée par une chanson en anglais – dont voici les paroles :
Seul l’amour est notre lumière
Seul l’amour peut unir
Seul l’amour brille si fort
Seul l’amour peut terminer cette nuit.

Découvrez toutes les photos