Message du Nouvel An : Pour être heureux, acceptez les hauts et les bas de l’existence

(1er janvier 2017, Amritapuri, Inde)

Extraits du message d’Amma pour le Nouvel An 2017 :

« Sur notre chemin d’expériences, nous avons laissé l’année 2016 derrière nous. Et voici maintenant une nouvelle année remplie de nouvelles attentes et espérances. Chaque nouvelle année est comme une page neuve du livre de notre vie. Il nous appartient de choisir ce que nous voulons y écrire. Si nous le voulons, nous pouvons le remplir de lettres d’amour, de compassion, de paix et de connaissance. Mais nous pouvons aussi le remplir de lettres de haine, de colère et d’obscurité. Puissions-nous recharger notre stylo de discernement avec l’encre de l’effort personnel et commencer ces nouvelles pages avec du nouveau.

En cette nouvelle année, puisse le sourire de l’amour illuminer nos visages. Puisse notre esprit devenir serein, libéré de la peur et de l’angoisse. Puissent nos cœurs être remplis de compassion. Puisse le soleil du discernement illuminer notre esprit. Puissions-nous avoir pour objectif de créer un monde de paix et d’harmonie.

Nous entendons dire que 2016 n’a pas été une bonne année. Mais réfléchissons et demandons-nous à qui la faute. Est-ce que c’est l’année qui a été en cause ou nous ? Avons nous mis cette année à profit pour faire l’effort d’apprendre, de grandir et de nous élever ? Ou bien l’avons nous gaspillée à la recherche de choses sans importance ?

À la façon du petit commerçant qui compte chaque soir ce qu’il a gagné et ce qu’il a perdu, le Nouvel An est une bonne occasion de faire un retour en arrière et de réfléchir à l’année écoulée. Ce jour-là, essayons de faire un peu d’auto-analyse. Examinons nos actes et nos comportements et demandons-nous : « Où est-ce que je gagne ? Où est-ce que je perds ? » Décidons sincèrement de sauvegarder nos progrès spirituels et de renoncer à ce qui est négatif en nous.

L’année dernière, nous avons été les témoins d’un grand nombre d’événements tragiques et de malheurs dans le monde. Des guerres et des émeutes ont coûté la vie à des milliers de gens. Des attentats ont fait de nombreuses victimes. Des catastrophes naturelles ont fait périr beaucoup de gens et énormément de gens ont perdu toutes les économies d’une vie. La crise des réfugiés a atteint un paroxysme. Des milliers d’esprits ont été saisis par la peur et le désespoir. Malgré tout, ne sombrons ni dans la dépression ni dans la peur. Nous avons en nous la force de faire face à ces problèmes. En nous donnant tous la main, nous pourrons affronter même les pires problèmes avec sérénité et optimisme.

Inutile de s’inquiéter de l’avenir. Les hauts et les bas font partie de la nature même de la vie. La spiritualité est la science qui nous apprend à tout accepter de bon cœur. En changeant notre mental, nous pouvons gérer aussi les changements qui se produisent à l’extérieur. Celui qui sait nager adore jouer dans l’océan. Mais ceux qui ne savent pas nager risquent fort de se noyer. Comprendre la spiritualité nous aide à avoir la force mentale de faire face à tout. Quand les problèmes surviennent, certains s’effondrent, faute de pouvoir y faire face. Les gens spirituels, au contraire, auront la force d’affronter sereinement ces moments difficiles.

La culture indienne nous apprend à considérer tout invité comme Dieu. Par invité, on n’entend pas uniquement les gens. Chacune des situations que nous rencontrons par surprise est un invité  (en sanskrit, littéralement « ce qui est sans heure prévue ») Nous devons être capables de tout accepter de bon cœur. De cette manière, chaque situation devient une marche pour accéder à plus de maturité.

Quand nous sommes confrontés à des situations problématiques, il peut arriver que nous nous sentions intimidés. Néanmoins, nous devons aller de l’avant et être vigilants, sans perdre notre force mentale. Ni les chutes ni les échecs ne doivent nous décourager, considérons ces revers comme des échelons vers le succès.

Peu importe que nous ne puissions pas accomplir de « grandes » choses. C’est plus que suffisant de pouvoir dire quelque chose de gentil, d’adresser un sourire aimant et de bien vouloir écouter patiemment les problèmes des autres. Ce n’est pas parce qu’une nouvelle année commence que le soleil va se mettre à se lever à l’ouest. Deux et deux continueront à faire quatre et non pas cinq. Ce n’est pas en truquant les chiffres que l’on arrivera à changer quelque chose. Seul le moment présent est entre nos mains. Essayons de le mettre à profit pour agir de façon à favoriser un changement positif. Prenons la résolution de ne pas faire de dépenses inconsidérées. Cet argent serait tellement plus utile s’il servait à aider les enfants malades. Bien sûr, au bout du compte la mort est inévitable. Peut-être que nous n’arriverons pas à sauver tout le monde. Mais si nous pouvions faire en sorte de prolonger la vie ne serait-ce que d’un enfant malade, cela serait tellement précieux pour les parents.

Agir avec ce type de compassion, c’est véritablement vivre les vérités énoncées dans les Upanishads (textes sacrés hindous) qui proclament notre unité avec Dieu : tat tvam asi (tu es Cela) et aham brahmasmi (je suis Brahman). Par exemple, lorsque nous nous mettons un doigt dans l’œil, nous ne punissons jamais ce doigt. Au contraire nous nous servons de ce même doigt pour nous frotter l’œil. Parce que nous savons que le doigt et l’œil font partie de notre corps. De la même façon, lorsque nous considérerons les autres comme notre être véritable, la compassion s’éveillera spontanément. Tout comme nous nous pardonnons nos erreurs, soyons aussi capables de pardonner les leurs aux autres. Essayons de transcender toute la colère que nous ressentons envers ceux qui nous ont fait du mal. Essayons d’écrire des lettres ou des e-mails gentils à ceux qui sont en colère contre nous. Cela les rendra peut-être heureux tout en les aidant à dépasser leur colère. N’oublions pas d’exprimer notre gratitude à nos proches. Voici les nouveautés que nous devons mettre en place au passage de la nouvelle année. Ces actes amèneront une véritable renaissance, une nouvelle création.

Apprenons des échecs de l’année passée et entrons dans la nouvelle année avec plus de conscience, d’enthousiasme et de foi optimiste. En même temps, élargissons les limites de nos connaissances. Faisons de cette nouvelle année une année bénie en posant des actes qui répandent le parfum de l’amour et de la compassion.

Amma prie le Paramatman (Être suprême) pour que tous y arrivent. Amma souhaite à tous une très heureuse année 2017. »