Introduire la compassion dans le monde des sciences de l’Ingéniérie et de la Biotechnologie

25 juillet 2018 – Inde

« Voir les conditions de vie des villageois m’a poussé à introduire la compassion dans mes réflexions », explique Eashwaramoorthy, étudiant à l’école d’ingéniérie mécanique d’Amritapuri.

Eashwaramoorthy faisait partie de la centaine d’étudiants en École d’ingéniérie et de biotechnologie qui se sont rendus dans treize villages de l’Inde rurale. Cette visite de dix jours devait leur servir à expérimenter de visu les conditions de vie des villageois indiens pour leur permettre de réfléchir à la manière dont leurs études universitaires peuvent trouver des applications concrètes au service de l’amélioration de ces conditions. 16 professeurs de l’université les accompagnaient dans ce voyage.

Ce projet, qui existe depuis quatre ans, est mené conjointement par  Live-in-Labs® et Amrita SeRVe. Live-in-Labs® est un cours optionnel d’apprentissage par l’expérience validé comme unité d’enseignement. Ce cours applique la théorie universitaire en milieu réel au service du développement des communautés rurales en Inde. Amrita SeRVe est le projet 101 villages dont l’objectif est de donner accès aux villageois à des compétences vitales pour former des communautés prospères et autonomes. La majeure partie des pauvres de l’Inde vit à la campagne.

Cette expérience de séjour en milieu rural éveille manifestement la compassion chez les étudiants. En fait, il s’agit du fondement même de la conception et des stratégies de mise en œuvre qui sont l’objet de leurs études. Comme le souligne l’un des professeurs du voyage de cette année : « Donner la possibilité aux étudiants d’effectuer un séjour dans ce village a aiguisé leur sens de l’empathie, tant sur le plan personnel qu’académique. De telles expériences contribueront à coup sûr à façonner leur personnalité et leurs perceptions. »

Les étudiants et les professeurs sont issus des Écoles d’ingénieurs des campus d’Amritapuri, de Bengalore et de Coïmbatore et de l’École de biotechnologie du campus d’Amritapuri. En préalable au voyage, ils ont participé pendant six jours à des ateliers organisés par le Centre Amrita chargé des programmes internationaux (ACIP), dans le but de les familiariser avec les concepts de conception centrée sur l’humain (HCD), de méthodologie de recherche, de co-conception, de développement durable, et avec les modèles de changement social durable.

À la suite de quoi, ils ont pris le train pour différents États de l’Inde : Uttarakhand, Uttar Pradesh, Madhya Pradesh, Bengale Occidental, Orissa, Chattisgarh, Pendjab, Jammu, Jharkhand, Gujarat et Bihar. Au cours de leurs voyages, les étudiants ont eu l’occasion de se mettre dans la peau de simples villageois. Ils ont été confrontés à un tout nouvel environnement qu’ils n’auraient jamais pensé découvrir.

Les étudiants ont été immergés dans un environnement de fermes situées dans des écrins d’herbe verte luxuriante, au milieu de paysans travaillant aux champs, de femmes allant chercher l’eau et de vaches broutant. Toutes ces activités en milieu naturel ont éveillé leur curiosité. Ils étaient privés du confort de leur vie citadine mais cela ne leur a pas manqué et ils se sont rapidement intégrés à la culture rurale.

N’en déduisons cependant pas que tout ce dont ils ont été témoins était rose. Les étudiants ont vu à quel point les habitants se trouvent confrontés à des défis innombrables dans divers domaines : santé, eau, irrigation, énergie, acquisition de compétences, gestion des déchets, agriculture, génération de revenus et infrastructures. Malgré tout, ils ont été frappés par l’hospitalité des habitants. C’était comme s’ils étaient chez eux en famille et ou chez des amis.

Ce faisant, ils ont également pu prendre la mesure du travail remarquable effectué par Amrita SeRVe, les laboratoires AMMACHI, AmritaCREATE et le Centre Amrita pour les réseaux et applications sans fil en Inde rurale. Les étudiants ont avoué qu’ils n’étaient pas au courant de l’ampleur des recherches menées par l’université Amrita en matière de bien-être social.

Se lever tôt le matin pour aller chercher de l’eau à la pompe manuelle fut une expérience en soi. De telles opportunités ont poussé les étudiants à aller aider les fermiers à labourer les champs et à s’occuper du bétail. À certains endroits, ils ont fait tout leur possible pour aider à reconstruire un puits et installer des poulies pour soulager les femmes qui puisent de l’eau.

Grâce à cette expérience, les étudiants ont pu prendre conscience des difficultés quotidiennes des villageois. Ils se sentent à présent davantage motivés dans leur désir de trouver des solutions pour soulager ces populations.

« Le joli sourire de Sangeetha, une jeune collégienne, nous a tous émus, raconte Resya Reghu, qui s’est rendue à Byse au Karnataka en 2016. D’un milieu pauvre, elle n’avait aucun espoir de pouvoir poursuivre ses études au-delà du collège, à l’instar de la plupart des collégiens de ce village. Mais l’inéluctabilité de la situation n’entamait en rien la joie de cette petite. Elle a vraiment été source d’inspiration pour nous.