Éprouvons de la reconnaissance envers les vaches

(Le 17 février, Mysore, Tour de l’Inde 2019)

Après avoir quitté Amritapuri tôt le matin pour se rendre à Mysore, Amma et le groupe se sont arrêtés pour manger près d’une étable et de champs, dans le village de Mopperipalayam, au Tamil Nadu. Après avoir servi le repas à tout le monde, Amma a parlé de la nécessité de désirer la réalisation de Dieu. Elle a affirmé que l’intensité de notre désir de réalisation devrait être comparable à celui de notre désir de reprendre notre souffle si nous étions maintenus sous l’eau de force.

Amma a ensuite rappelé à chacun de réciter nos mantras et d’imaginer que notre forme préférée de Dieu sur laquelle nous méditons voyage avec nous dans le bus. En regardant le ciel, nous devrions en ressentir sa grandeur et en contemplant la beauté de la nature, nous devrions voir Dieu en tout. Pour que ce tour de l’Inde soit fécond, nous devrions faire de toute action une adoration.

Dans la soirée, Amma et le groupe se sont arrêtés à la périphérie d’une zone boisée près de Chamraj Nagar, dans le Karnataka. Assise au clair de la pleine lune qui se levait, Amma a donné un enseignement, chanté des chants dévotionnels puis guidé une méditation collective. Quelle beauté ! On voyait de nombreuses chauves-souris voler au-dessus des eucalyptus.

Amma a raconté des histoires de sa jeunesse, notamment le moment où son père lui avait donné une petite étable pour y donner le darshan (bénédiction sous forme d’étreinte). Quand elle donnait le darshan, Amma mettait une main sur la vache. Amma vivait et dormait dans l’étable. Quand elle s’y reposait, elle embrassait la vache et lui racontait des histoires.

Amma a expliqué qu’autrefois, les gens ne faisaient qu’un avec la nature. Après avoir nettoyé la cour, les gens aspergeaient le sol d’eau mélangée à de la bouse de vache ou enduisaient le sol de bouse de vache, considérée comme antiseptique. Si on avait une plaie ouverte, on y appliquait de la bouse de vache. Mais aujourd’hui, c’est devenu du poison parce que la nourriture mangée, l’eau bue et l’air respiré par la vache sont contaminés et toxiques. La bouse et l’urine de vache ont des propriétés médicinales. Fabriquée à partir de bouse de vache, la cendre sacrée a des propriétés médicinales.

Les vaches jouent également le rôle de gardiennes. La vache nous donne plus que ce que nous lui donnons. Elle nous nourrit de son lait et nous aide tout au long de notre vie. On se sert des vaches pour labourer les champs. Les vaches permettent à l’homme de vivre mieux. La vache est également reliée à Krishna. Elle était son animal de compagnie et son véhicule. La vache a toujours occupé une place de choix dans la culture indienne – c’est pourquoi nous répugnons à abattre des vaches et à manger du bœuf.

Après les chants, la méditation et le dîner avec Amma au clair de lune, le groupe a repris la route vers Mysore.