13ème sommet des jeunes de AYUDH : éducation pour subsister, apprentissage pour la vie

(15 – 23 juillet 2017 – Centre Amma allemand – Odenwald)

Trois cent jeunes de 21 nationalités se sont rassemblés en Allemagne pour une incroyable semaine d’apprentissage, d’inspiration et d’échanges culturels. Les participants à ce stage ont réfléchi à certains des problèmes les plus urgents auxquels le monde doit faire face aujourd’hui, depuis l’intégration et la compréhension interculturelle, jusqu’à l’engagement citoyen et les modes de vie durables. Comme Amma l’explique : « Il y a deux sortes d’éducation : l’éducation pour subsister et l’éducation à la vie. » Tandis que l’éducation pour subsister est essentielle pour réussir dans les domaines universitaires et matériels, l’éducation à la vie dote les jeunes des connaissances, compétences et valeurs nécessaires pour vivre de façon éthique et responsable au service de la société. C’est avec cela en tête que les jeunes se sont rassemblés afin d’explorer les thèmes du sommet : « Éduquer, Cultiver, Participer ».

L’apprentissage, les échanges et les expériences pratiques étaient centrés sur trois sujets : une société en paix et non-violente, un mode de vie durable, la citoyenneté européenne et mondiale, le tout sous forme de groupes interactifs épaulés de facilitateurs chevronnés. Les conclusions de ces groupes de travail ont été présentées au cours d’un dialogue intergénérationnel entre les jeunes participants et des décisionnaires plus âgés, intitulé « iTAGe AYUDH », sous l’égide du MGIEP (Institut Mahatma Gandhi pour la paix et le développement durable) de l’UNESCO .

Présentations ‘Ignite ’ (style de présentation orale de 5mn illustrée par un diaporama automatisé de 20 vues) –

De jeunes militants racontent comment ils ont réussi leur parcours. Une nouveauté dans le rassemblement des jeunes de cette année : les présentations ‘Ignite’ comme moyen de stimuler la soif d’apprendre des participants. Tout au long de la semaine, de jeunes militants sont venus faire de nombreuses présentations, à la fois brèves et inspirantes, offrant des perspectives originales sur la manière dont les jeunes peuvent commencer à agir de manière constructive au niveau social.

La première présentation de la semaine a été faite par Mio Kuschick, un Allemand de 22 ans, délégué des jeunes à l’ONU. Son objectif était d’encourager les jeunes à envisager différentes possibilités de contribuer à la construction d’un monde de paix et sans exclusion.

Puis Vincent-Immanuel Herr a exposé son projet de billet de train européen gratuit, qui serait offert aux jeunes à leurs dix-huit ans, dans le but de les aider à comprendre les différentes cultures européennes. Vincent a démontré comment une petite idée peut devenir un grand mouvement.

Sina Laubenstein, du « Mouvement pour un discours sans haine » a expliqué comment s’attaquer en ligne aux discours de haine, et comment il en va de notre responsabilité de jeunes d’agir pour un changement, par nos actions en ligne et notre soutien aux victimes. « Les incitateurs à la haine sont minoritaires, mais l’absence de contre-discours les rend plus visibles. Nous avons à défendre activement sur la toile nos valeurs et nos droits. »

Tatiana Rinke est membre de CliMates, « réservoir de réflexion et d’action » rassemblant des étudiants et des jeunes travailleurs du monde entier dans le but de chercher des solutions innovantes au changement climatique. Parlant de sa mission en tant que directrice de communication de CliMates, Tatiana a déclaré : « Cela peut vous paraître effrayant de vous asseoir à la table des décideurs, mais là vous avez le pouvoir, alors avancez sans crainte. »

Conférences en séance plénière

Br. Shubamrita Chaitanya, l’un des proches disciples d’Amma, a évoqué le pouvoir de la jeunesse, émaillant son discours d’anecdotes et d’expériences personnelles. « Apprenons à nous connaître, cultivons l’engagement et lançons-nous sans peur dans des actions désintéressées. L’échec n’est pas le contraire du succès, il fait partie du succès, » a-t-il déclaré.

Bri. Dipamrita, responsable de ETW France et disciple d’Amma, a animé une session de réflexion interactive sur l’importance de nourrir l’âme aussi bien que le corps.

Gopi Kallayil, chef évangéliste technologique et responsable marketing chez Google, a régalé les participants avec un discours stimulant suivi d’un court atelier sur comment concevoir des solutions radicales aux problèmes qu’ils rencontrent et sur la façon dont l’innovation peut surgir partout et de n’importe où : « À la fin de la journée, tous les projets prennent un sens plus profond quand vous repensez à la raison pour laquelle vous cherchez une solution, au pourquoi. Les gens agissent parce qu’ils veulent changer le monde. »

Pratiques spirituelles et prière pour la paix dans le monde

En plus des bhajans (chants dévotionnels), des méditations guidées et des séances de yoga, les participants ont été invités à prendre part à un processus personnel d’introspection, à une réflexion sur les valeurs et à une méditation pour la paix, guidés par Br. Shubamrita et Bri. Dipamrita. En chantant le mantra « Lokah Samastah Sukhino Bhavantu » (Puissent tous les êtres vivre heureux et en paix), les participants ont allumé des bougies qu’ils ont fait flotter sur l’étang du centre Amma et ont prié pour la paix.

En plus de tout cela, les jeunes pouvaient participer à 13 ateliers différents au choix, par exemple méditation, yoga, tai-chi, danse, activités artistiques et sport. Pour se détendre et digérer le programme intensif de la journée, les soirées étaient réservées à des activités de cohésion de groupe dirigées par les jeunes, notamment une bourse d’échange de vêtements destinée à promouvoir une consommation durable, un feu de camp et des cercles musicaux, une glissade aquatique de 50 mètres, des événements sportifs et la projection de documentaires.

 

Festival Musique – Danse – OdenWorld 3.0

Comme de coutume à la fin des rassemblements AYUDH, une grande fête interculturelle a clôturé cette semaine bien remplie et très riche en événements : OdenWorld 3.0 a mis en valeur des talents aussi bien locaux qu’internationaux, une belle créativité et une grande diversité culturelle. Des participants d’AYUDH et des artistes internationaux allemands, grecs, suisses et espagnols ont diverti aussi bien les jeunes que les habitants de la région.

À la fin d’une semaine pleine d’activités et d’apprentissages créatifs, les participants sont rentrés chez eux avec un sentiment de responsabilisation, remplis de motivation pour opérer des changements non seulement dans leur vie mais aussi dans le monde. Comme l’affirme Amma : « Si nos jeunes se lèvent pour agir, ils ont l’énergie et le dynamisme pour exercer une grande influence dans la société. »