Discours d’Amma au sommet interreligieux d’Abu Dhabi pour la protection de la dignité de l’enfant dans le monde numérique

(Abu Dhabi, le 20 novembre 2018)

Afin de contribuer à la recherche d’une solution mondiale au drame de l’abus sexuel des enfants en ligne, Amma a répondu à l’invitation du gouvernement des Émirats arabes unis et participé au premier forum de l’Alliance interconfessionnelle, intitulé : « La dignité de l’enfant dans le monde digital ». Ce forum s’est déroulé à Abu Dhabi sous le patronage de Son Excellence Sheikh Mohammad Bin Zayed Al Nahyan, prince héritier d’Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis et de son comité exécutif présidé par Son Excellence Sheikh Saif Bin Zayed Al Nahyan, vice Premier ministre et ministre de l’Intérieur des Émirats.

Au forum, Amma a prononcé le discours d’inauguration dans le cadre d’un appel à l’action lancé par les leaders religieux et elle a participé au sommet des leaders religieux qui s’est déroulé sur le site emblématique du mémorial Al Karama. Avec cinq leaders religieux majeurs, elle s’est engagée à soutenir la déclaration interreligieuse d’Abu Dhabi pour la protection de l’enfance.

Amma a également été conviée par Son Excellence Sheikh Saif Bin Zayed Al Nahyan à un dîner avec la famille royale au Louvre Abu Dhabi.

 

Le problème est réel et croissant – les enfants et les adolescents forment le quart des 3,2 milliards d’utilisateurs mondiaux d’Internet et ces 800 millions de jeunes utilisateurs sont de plus en plus en danger d’être victimes d’abus sexuel, de prédation, d’exploitation et de harcèlement. Selon une étude Microsoft réalisée en 2015, 720.000 images d’abus sexuels perpétrés sur des enfants sont téléchargées chaque jour.

Mais le discours d’Amma se fondait sur son expérience personnelle d’écoute, depuis 30 ans, de dizaines de milliers de victimes d’exploitation et d’abus sexuel du monde entier.

« L’esprit humain est un mystère – une énigme – où tout est mêlé : vérité et mensonge, dieux et démons, bien et mal, a déclaré Amma. La pulsion qui pousse à abuser d’un autre être humain et à l’exploiter sexuellement est l’une des tares les plus déplorables, les plus répugnantes et les plus dangereuses qui affligent l’esprit humain. »

Amma s’est concentrée sur la nécessité pour les parents d’être vigilants concernant les expériences de leurs enfants aussi bien en ligne que hors ligne, et sur l’importance de cultiver des relations aimantes avec leurs enfants qui permettront à leurs fils et à leurs filles de se sentir suffisamment en sécurité pour leur parler à cœur ouvert de leurs problèmes.

Amma a également souligné l’importance pour les parents d’inculquer des valeurs spirituelles à leurs enfants pour les aider à devenir des adultes sains doués de maîtrise de soi et de compassion et capables de toujours traiter autrui avec amour et respect. 

« Si nos lois et leur application sont efficaces, alors comment expliquer l’augmentation constante et à une vitesse alarmante de l’exploitation sexuelle ? En dépit des efforts des Nations Unies, des gouvernements et des organisations à but social, comment expliquer qu’il n’y a pas d’amélioration ? Consciemment ou pas, on néglige un facteur clef : les valeurs spirituelles. On a besoin de valeurs spirituelles pour développer une culture du cœur. La famille devrait créer un environnement qui instille cette culture dès l’enfance. »

Amma a également abordé le pour et le contre d’Internet, des réseaux sociaux et des smartphones, en expliquant que comme pour toute nouvelle technologie, on doit faire extrêmement attention à leur utilisation – et Amma nous dit que ce n’est pas le cas de nos jours.

« Il ne fait aucun doute que la technologie moderne est une bénédiction pour l’humanité. Mais nous devons également reconnaître que beaucoup de gens cachent leur véritable visage derrière un masque créé sur les réseaux sociaux sous une fausse identité, afin de pouvoir exploiter autrui. Autrefois, les gens craignaient les fantômes et les mauvais esprits. De nos jours, cette peur a fait place à un problème bien pire. Les gens ont peur des gens qui vivent sous le même toit qu’eux : leur conjoint, leurs frères et sœurs, les membres de leur famille et leurs amis. Ils s’interrogent : « Y a t-il des caméras cachées chez moi, ou même dans ma salle de bains ? » Car, de nos jours, même les membres de nos familles n’hésitent pas à vendre des photographies où nous apparaissons nus sur les réseaux sociaux, et à faire ainsi de nous des victimes de la pornographie.

La technologie numérique et les réseaux sociaux sont puissants. Soyons extrêmement vigilants et faisons preuve de modération dans l’usage que nous en faisons. Sinon, ces bénédictions peuvent se révéler être des moyens de destruction. Surtout, quand on achète des téléphones et des tablettes aux enfants, il est nécessaire d’exercer un contrôle parental strict. Il faut que les parents interdisent l’accès à certains sites web. »

Les paroles d’Amma furent suivies de nombreux autres discours. Le forum est le premier d’une série – prévue pour encourager un dialogue basé sur la religion au niveau mondial en ce qui concerne les risques qui menacent la sécurité et la sûreté des communautés mondiales.

Plus de 450 leaders religieux de toutes confessions ont participé à cette manifestation. Outre Amma, les leaders religieux suivants étaient présents : le professeur Ahmad Al-Tayyeb, grand imam de Al-Azhar et président du Conseil musulman des sages ; le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille ; Son Éminence le Métropolite Emmanuel, exarque du Patriarcat œcuménique de Constantinople, président l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (représentant de Sa Sainteté le Patriarche Bartholomée) ; le rabbin Michael Schudrich, premier rabbin de Pologne ; le révérend Keishi Miyamoto, chef de Myochikai (mouvement bouddhiste japonais) ; Bhai Sahib Bhai Mohinder Singh (chef religieux sikh) ; et beaucoup d’autres. Se sont également exprimées lors du forum : Kailash Satyarthi, lauréat du prix Nobel de la paix ; Marta Santos, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour les questions de violence envers les enfants ; et Maud de Boer-Buquicchio, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la vente et l’exploitation sexuelle des enfants.

Le Forum Interfaith Alliance s’est déroulé en collaboration avec quelques organisations internationales bénéficiant d’une expertise et d’une influence mondiale dans les domaines du dialogue interreligieux et de la protection de l’enfance, notamment l’université pontificale grégorienne, l’UNICEF, WeProtect Global Alliance, l’Alliance pour la dignité des mineurs dans le monde numérique, Arigatou International, le réseau Mondial des Religions pour la paix et l’élimination de la violence contre les enfants.